Décret pour un impôt plus juste : "Aujourd’hui, le texte satisfait les parlementaires du groupe MR"

10 déc. 2021 à 08:57 - mise à jour 10 déc. 2021 à 10:36Temps de lecture2 min
Par Anthony Roberfroid, d'après l'invité de Thomas Gadisseux sur Matin Première

Le décret pour un impôt plus juste, présenté par le ministre wallon Jean-Luc Crucke, devrait revenir ce vendredi après-midi devant les députés wallons. Passé à trois reprises au gouvernement, ce décret a créé de nombreuses tensions au sein du gouvernement, et plus particulièrement au cœur du groupe libéral.

Les députés MR vont-ils voter pour le texte de Jean-Luc Crucke ? Invité sur l’antenne de Matin Première au micro de Thomas Gadisseux, le chef de groupe MR au Parlement wallon Jean-Paul Wahl confirme en tout cas que la dernière version du décret "satisfait les parlementaires du groupe MR".


►►► À lire aussi : Décret pour un impôt plus juste renvoyé à l'arriéré: "un échec", regrette Jean-Luc Crucke


Je veux donner là toutes les assurances, on est en train d’atterrir" précise-t-il. "J’ai déjà fait un certain nombre de propositions aux parlementaires de mon groupe, qui les acceptent. Il y aura encore des contacts entre certains chefs de groupes aujourd’hui mais il est clair qu’aucun amendement ne passera s’il n’y a pas l’accord des trois groupes de la majorité. Pour cela, il faut l'accord d'Ecolo et du PS également".

Pourtant, face au texte présenté par le ministre, les députés s’étaient révoltés il y a deux semaines. Ces derniers estimaient, au même titre que le président du parti Georges-Louis Bouchez, que les mesures s’attaquaient à la classe moyenne. "Les députés MR ont eu un certain nombre d’interrogations et ont demandé des éléments complémentaires car certains points nous inquiètent dans une matière qui est très technique. Il a été considéré qu’il fallait un report pour pouvoir examiner tout cela" explique Jean-Paul Wahl. "C’est une procédure courante et ce n’est pas la première fois que ça arrive. Dans les deux derniers mois, il est arrivé au moins à deux reprises qu’un texte soit reporté ou discuté alors qu’il arrive au niveau du parlement pour un vote."

 


►►► À lire aussi : Quand le MR flingue son propre ministre : Jean-Luc Crucke au bord de la démission


Une demande de délai qui, selon le chef de file MR, n’était pas influencé par Georges-Louis Bouchez : "Ces dernières inquiétudes n’ont pas pu être résolues au cours d’une réunion que nous avons eue avec Jean-Luc Crucke et nous avons estimé qu’il était nécessaire d’avoir un délai complémentaire pour permettre aux parlementaires du MR, et sans instructions venant de quiconque, de réexaminer un certain nombre de points."

Pas de demande de démission

La question de la possible démission de Jean-Luc Crucke est en tout cas dans les esprits. Malgré les tensions internes dans le parti, Jean-Paul Wahl rappelle que les parlementaires ne désirent pas la résignation du ministre : "Il n’y a strictement personne qui demande sa démission au niveau du groupe parlementaire, qui est composé de 20 personnes. Il a considéré devoir déclarer qu’il se réservait le droit de démission. Ce n’est pas très clair mais en tout cas, personne ne la demande mais c’est sa décision."

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Les bleus du MR

Belgique

Articles recommandés pour vous