Regions Liège

Défense d’Alain Mathot : "l’accusation n’a aucune preuve !"

19 janv. 2022 à 15:50Temps de lecture2 min
Par François Braibant

Troisième jour du procès en appel d’Alain Mathot à Liège. L’ex-bourgmestre de Seraing est accusé de corruption. Il aurait reçu 700.000 Euros pour influencer le marché de la construction d’un incinérateur à Herstal. Alain Mathot, acquitté en première instance il y a un an, jure de son innocence.

Preuves et sourire

L’image de cette troisième journée de procès, ce sont les yeux d’Alain Mathot, attentifs et… qui semblent par moments sourire au-dessus du masque. Son avocat Philippe Mayence s’est servi de l’accusation comme d’un escalier pour sa défense.

"L’accusation n’a rien comme preuve" a-t-il souligné. Hier mardi l’avocate générale racontait : Alain Mathot est allé à Paris une dizaine de fois. Il y rencontrait son corrupteur – et futur accusateur – Philippe Leroy. S’il a reçu à chaque fois cinquante à septante mille Euros en billets, ça fait le compte. Mais… "il y a des trous dans le scénario" a admis hier le ministère public.

L’avocat s’engouffre dans les trous de l'accusation

Le faisceau d’indices n’est ni assez précis ni assez concordant pour établir qu’Alain Mathot a reçu des fonds souligne son avocat. Quand il allait en France, ce n’était pas toujours à Paris. Et quand on a pu l'y tracer, son corrupteur n’était pas en France.

L’avocat Mayence raconte une autre histoire que l'avocate générale pour qui Philippe Leroy est "crédible" : si le directeur d’Inova "reconnaît" avoir corrompu Alain Mathot, c’est parce qu’il a effectivement soutiré de l’argent à son entreprise… et qu’il a tout gardé. C’est pour se couvrir vis-à-vis de son employeur qu’il prétend avoir dû corrompre Alain Mathot.

Selon maître Philippe Mayence l’accusation est incohérente, le corrupteur ment et les enquêteurs se sont acharnés sur le maître de Seraing sans respecter la présomption d’innocence. Sans aucune surprise, sur le volet corruption, l’avocat d’Alain Mathot demande un acquittement.

Fraude fiscale, larmes dans la voix

Dans le dossier "fraude fiscale", des travaux payés en noir en 2008-2009, l'avocat d'Alain Mathot admet que les faits "sont établis" pour une somme de 5000 Euros de TVA. En première instance, Alain Mathot avait bénéficié de la suspension du prononcé pour cette prévention. L'avocat Philippe Mayence demande à ce que son client "ne soit pas villipendé". Ce mardi, l'avocate générale avait fustigé "l'hypocrisie" du prévenu qui était à l'époque membre de la commission "fraude fiscale" du Parlement. 

En fin d'audience, la présidente a demandé à Alain Mathot s'il souhaitait s'exprimer une dernière fois. Sa voix a laissé filtrer un sanglot : "j'ai le sentiment de ne jamais avoir été écouté. C'est ma vie qui se joue. J'ai perdu tout ce que j'adorais faire. Je suis innocent. Je n'ai jamais touché un Euro. Cela fait 15 ans que je vis cela. Qu'on me foute la paix !"

L'arrêt est annoncé pour le 11 mars.

Sur le même sujet

Alain Mathot coupable ou innocent ? Verdict ce vendredi de son procès en appel

Regions Liège

Articles recommandés pour vous