Belgique

Défense, missions d’aide à la nation : "Des citoyens nous ont dit merci, c’était unique et très enrichissant"

22 juil. 2022 à 07:01Temps de lecture3 min
Par Melanie Joris & Stéphanie Lepage

L’aide à la nation est une des missions de la Défense. Ces deux dernières années, nos militaires ont prêté main-forte à la société civile. On les a vus dans les maisons de repos pendant la crise Covid ou au centre de vaccination de l’hôpital Royal Militaire de Neder-Over-Heembeek. Ils ont également apporté leur aide lors des inondations l’été passé. Ils sont aussi quotidiennement appelés pour des missions de déminage. Portraits de militaires investis au service de la nation.

À Meerdaal, les militaires du Service d’Enlèvement et de Destruction d’Engins Explosifs (SEDEE) sont appelés chaque jour pour dix à quinze missions. Des missions qui peuvent se dérouler sur tout le territoire belge. Il s’agit parfois de munitions ou de vestiges de munitions retrouvés dans un champ ou sur un chantier. Le SEDEE intervient aussi dans la lutte contre le terrorisme lorsqu’il faut examiner des colis suspects ou des valises abandonnées.

Patrick Van De Mergel, adjudant-chef SEDEE, en train de nettoyer une bombe de la 1re guerre mondiale
Patrick Van De Mergel, adjudant-chef SEDEE, en train de nettoyer une bombe de la 1re guerre mondiale ©Stéphanie Lepage

Ce jour-là, l’adjudant-chef Patrick Van De Mergel examine une bombe d'avion datant de la 1re Guerre Mondiale trouvée dans la région d'Andenne. Une découverte très rare pour cet habitué du déminage. Après 33 ans de carrière, l'homme aime toujours autant son métier : "On a un contact direct avec la population, avec les personnes qui ont trouvé des munitions. On est toujours content et fier de pouvoir venir en aide à la population et de dépolluer le sol belge. C'est un boulot très valorisant", estime le militaire. 

Patrick Van De Mergel ajoute cette anecdote qui illustre cette relation qui se crée avec la population : "Il n'est pas rare qu'on reçoive un cageot de fraises ou de chicons après une intervention chez un agriculteur ravi d'être libéré d'un problème"

Lisa, chef de peloton à la compagnie construction et sous-lieutenant du 4e bataillon de génie
Lisa, chef de peloton à la compagnie construction et sous-lieutenant du 4e bataillon de génie ©Stéphanie Lepage

Pour d'autres militaires, les missions d'aide à la nation sont bien plus rares et exceptionnelles. C'est le cas de Lisa, chef de peloton à la compagnie construction et sous-lieutenant du 4e bataillon de génie. Nous la retrouvons au camp d'Amay en plein travaux de terrassement. Face à elle, remorque, bulldozer et excavatrice. Autant d'engins qui ont été déployés en province de Liège après les terribles inondations de l'été dernier. 

Pour cette jeune militaire entrée à la Défense en 2019, il s'agissait d'une première mission sur le terrain. La mission était double. D'une part, le nettoyage urbain au niveau des espaces publics et des habitations. D'autre part, le nettoyage des cours d'eau au niveau des berges et des pilastres de pont pour permettre l'écoulement naturel des rivières. 

Ce fut l'occasion de faire preuve de créativité : "Il a fallu être créatif. Nous avons des engins assez volumineux. Il y avait des routes très étroites et des ponts qui ne supportaient pas le poids de nos véhicules. Donc il a fallu utiliser d’autres routes ou engager d’autres moyens comme les bateaux ou des grues par exemple", se souvient le sous-lieutenant. 

Lors de cette mission, le sous-lieutenant Lisa s'est sentie utile : "Si je peux contribuer au bien-être de la société, forcément, c'est gratifiant". Elle ajoute : "Ça donne énormément de sens d'être déployée chez nous, c'est l'accomplissement d'un travail et d'un entrainement quotidien qu'on peut mettre au profit de notre population"

Dario Vervaet, capitaine et coordinateur de l’ancien centre de vaccination covid à l’hôpital royal militaire
Dario Vervaet, capitaine et coordinateur de l’ancien centre de vaccination covid à l’hôpital royal militaire ©Stéphanie Lepage

Plus habitué aux missions à l'étranger, le capitaine Dario Vervaet se souvient très bien du moment où l'hôpital royal militaire s'est transformé en centre de vaccination pour lutter contre la pandémie de Covid : "C'était le 24 décembre à 14h. On était réunis avec le gouvernement bruxellois et quelques chefs militaires. On a décidé d'organiser ici un centre avec dix lignes de vaccination". 

Car les militaires ont été très présents pour épauler la société civile durant la crise Covid. Des patients grands brûlés ont été transférés à l'hôpital royal militaire pour soulager d'autres hôpitaux. Et puis le centre de vaccination a permis de vacciner près de 100.000 personnes. "Il y avait une cinquantaine de militaires présents chaque jour pour la vaccination, mais aussi l'administration ou encore la gestion du centre. Tout s'est toujours très bien passé et on était heureux de pouvoir aider les Belges", confie le capitaine Dario Vervaet. 

Les militaires impliqués dans la vaccination n'ont pas échappé à la fatigue des différentes vagues successives, mais cette mission sur le sol belge était particulière. Capitaine Dario Vervaet : "On est souvent engagé à l'étranger. En Lituanie ou en Afghanistan par exemple. Ici, j'étais personnellement très fier de pouvoir montrer à ma mère, ma soeur, mes proches ce qu'on fait d'habitude à l'étranger. C'était quelque chose d'unique et de très enrichissant"

Autre souvenir qui reste marqué dans la mémoire du coordinateur de l'ancien centre de vaccination, les remerciements des Belges : "C’était quelque chose de très chaleureux pour nous que des Belges nous disent merci. Ça nous a motivé à continuer", conclut-il. 

Ces trois militaires, investis dans trois types de missions différentes, mais toutes menées au service du citoyen, se disent prêts à se retrousser une nouvelle fois les manches. Ces missions vont très certainement se multiplier à l'avenir, comme cela a été décidé lors de la négociation du budget de la défense. 

Sur le même sujet

"La Défense a besoin de nouveaux talents" et cherche à recruter 4.210 personnes l'an prochain, un record

Belgique

21 juillet : la Fête nationale est de retour

Regions

Articles recommandés pour vous