RTBFPasser au contenu

Belgique

Dépôts clandestins, exportations vers l’Asie ou l’Afrique : 200.000 frigos échappent à tout contrôle chaque année

La dépollution des frigos passe par le pompage des gaz nocifs et des huiles.
12 mai 2022 à 07:18 - mise à jour 12 mai 2022 à 10:302 min
Par Thierry Vangulick

200.000 frigos usagers disparaissent chaque année en Belgique. C’est l’étonnant constat qui ressort d’une enquête menée par Recupel, l’organisme chargé de recycler, les batteries, ampoules et autres appareils électroménagers.

Cette estimation se base sur un calcul assez simple, explique Stijn Ombelets, le porte-parole de Recupel : on sait combien d‘appareils sont produits chaque année, on sait combien d’entre eux sont récupérés par la filière officielle de recyclage et on prend en compte la durée de vie moyenne d’un frigidaire et on atteint ce chiffre de 200.000 frigos qui échappe à tout contrôle.

Sur cette quantité de frigos "perdus", certains se retrouvent dans la nature, abandonnés dans une décharge ou un dépôt sauvage. Mais la plupart sont en réalité chez des ferrailleurs ou exportés vers l’Asie ou vers l’Afrique.

Et là, on sait que ce sont les métaux qui intéressent les acheteurs qui ne s’occupent pas des gaz et autres polluants.

Mais que deviennent alors les frigos qui passent par la filière officielle ? La plupart se retrouvent chez Recydel. Cette société traite aujourd’hui la plus grande partie des appareils électroménagers.

Récupérer les gaz nocifs

Rudi Reynaert, responsable du site de Recydel à Liège. "Les frigos qui ont été déposés dans les parcs à conteneurs arrivent chez nous et on procède à une première dépollution. Tous les déchets à l’intérieur, c’est-à-dire les interrupteurs qui contiennent du mercure, les lampes, les garnitures de caoutchouc, etc. Ensuite on aspire les gaz et les huiles qui se trouvent dans le système de refroidissement. Enfin, les carcasses sont broyées et là aussi, il y a du gaz dans les mousses d’isolation du frigo, des gaz d’expansion, qu’il faut aussi récupérer. Et c’est seulement après cette opération que ces carcasses pourront être recyclées."

"Les gaz nocifs seront détruits tandis que les gaz pentanes servant à gonfler les mousses seront réutilisés. Ces gaz sont très nocifs pour la couche d’ozone. Pour avoir une idée de leur nocivité, un frigo mal recyclé pollue autant que les émissions de CO2 produites par un trajet en voiture diesel Bruxelles-Pékin." D’où l’importance du recyclage mais aussi d’un recyclage correct.

Recydel traite en moyenne entre 350.000 et 400.000 frigos par an mais pourrait sans problème étendre sa capacité de traitement. Une affaire rentable pour cette société liégeoise qui récupère le fer, l’aluminium et le plastique et Recupel finance en partie le processus.

Se fier au label Recupel

Que faire de mon frigo ? Il y a plusieurs options : la plus facile et la plus sûre, c’est de le déposer dans un parc à conteneurs, voire dans une ressourcerie où il sera réparé et vivra une seconde vie.

Si vous achetez un nouveau frigo, vous pouvez laisser l’ancien chez le vendeur ou chez l’installateur de cuisine. Normalement, ils peuvent le reprendre mais il faut tout de même vérifier s’ils ont bien le label de Recupel. Enfin dernière solution, vous pouvez aussi confier votre ancien frigo à un récupérateur de ferraille mais là aussi, il faut s’assurer qu’il soit reconnu par Recupel.

Sur le même sujet

04 juin 2022 à 09:00
5 min
02 juin 2022 à 14:00
1 min

Articles recommandés pour vous