Derrière les chiffres : Uber et autres véhicules avec chauffeur, 400% d'autorisations en plus en 4 ans

© Tous droits réservés

10 déc. 2021 à 12:55 - mise à jour 10 déc. 2021 à 14:34Temps de lecture3 min
Par Johanne Montay

Chaque semaine, Derrière les chiffres décrypte l’actualité du moment. En marge de la discussion tendue sur la réglementation bruxelloise liée aux véhicules Uber à Bruxelles, nous avons choisi d’apporter quelques informations chiffrées sur ce marché dit des "VLC", les véhicules de location avec chauffeur.

Une étude réalisée par le cabinet Deloitte pour Bruxelles-Mobilité en février 2020 permet d’apporter un éclairage. Contrairement au marché des taxis, le marché des voitures de location avec chauffeur est en pleine expansion depuis 2013. Entre 2013 et 2019, "le nombre d’autorisations et d’exploitants a été multiplié par un facteur supérieur à 100, passant ainsi de 68 en 2013 à 775 en 2019." Du côté du nombre de véhicules, la croissance est encore plus importante : le nombre de voitures de location avec chauffeur est passé de 235 à 983, ce qui représente une augmentation de plus de 400%.

© Tous droits réservés

Lors d’un débat d’actualité au parlement bruxellois sur "l’application par le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale de l’ordonnance du 27 avril 1995 sur les services de taxis et les services de location de voitures avec chauffeur", le ministre-président de la Région, Rudi Vervoort, avançait une croissance encore supérieure : "Sur le terrain, les demandes d’autorisation de service de LVC non soumises à un numerus clausus – ce qui n’est pas le cas des taxis – ont explosé. En 2015, on comptait 217 VLC et aujourd’hui, en mars 2021, il y en a 1191 qui disposent d’une plaquette bruxelloise. Cela correspond à une augmentation de 450%."

A titre de comparaison, en 2020, le nombre de taxis présents à Bruxelles était légèrement inférieur à 1300.

Un boom depuis 2014

Les systèmes de plateformes électroniques (Uber/Heetch) sont apparus à partir de 2014. Ces véhicules VLC sont organisés par catégories : luxe, grand luxe, cérémonie et minibus. D’après le rapport de Deloitte, ce sont les catégories "luxe" et "minibus" qui ont augmenté de manière importante depuis l’arrivée de ces plateformes sur le marché. La catégorie "luxe" a ainsi augmenté, en nombre de véhicules, de 620% entre 2015 et 2019 ; la catégorie "minibus", de 500%. Ces deux catégories représentent 93% du nombre total de véhicules loués avec chauffeurs ayant une autorisation bruxelloise en 2019.

Les chauffeurs

En 2017, Uber a commandé une enquête au cabinet Ipsos, pour dresser le profil des chauffeurs qui sont inscrits sur l’application à Bruxelles. Pour 52% d’entre eux, Uber était leur unique source de revenus. Un peu plus de 6 chauffeurs sur 10 sont, d’après l’enquête, le seul pourvoyeur de revenu de la famille.

© Ipsos / Uber

Les tarifs

A la différence des taxis qui pratiquent de tarifs de prise en charge et au kilomètre fixes, les tarifs des véhicules de location avec chauffeurs sont déterminés par un algorithme, qui prend en compte le type de service utilisé, et augmente avec la demande de transports.

Deloitte n’a pas pu établir un échantillonnage représentatif des tarifs pratiqués par ces plateformes Uber et Heetch et les comparer aux prix pratiqués par les taxis. "Les algorithmes de tarification appliqués par ces plateformes n’ont pas pu être consultés et sont considérés comme des secrets commerciaux", explique le rapport. "Nous observons toutefois que de grandes différences sont possibles entre les deux sur un trajet donné. Suivant les variables précitées, pour certains trajets, les LVC utilisant les services d’intermédiation d’Uber et Heetch offrent des prix nettement plus compétitifs que les taxis. Pour d’autres trajets, ces mêmes LVC se révèlent nettement plus coûteux et moins intéressants que les taxis. En outre, les plateformes d’intermédiation pratiquent également des promotions et remises qui peuvent sensiblement faire baisser le prix payé pour un trajet."

Sur le même sujet

Une vaste enquête accuse Uber de méthode brutales voire illégales à ses débuts

Economie

Uber va intégrer tous les taxis new-yorkais à sa plateforme

Economie

Articles recommandés pour vous