RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Des activistes de StopAliBaba occupent une centrale à béton aux abords de LiègeAirport

Le collectif ne veut pas entendre parler du géant AliBaba à Bierset

L’opposition à l’arrivée du géant chinois de la logistique ne semble pas faiblir en région liégeoise. Depuis ce lundi à l’aube, quelques activistes paralysent les installations du constructeur Eloy. Pourquoi ? Parce que c’est à cet endroit que se préparent les matériaux qui vont servir à couler des dizaines, des centaines de milliers de mètres² de dalles des halles et entrepôts nécessaires au traitement des marchandises, et qui se multiplient aux alentours.

C’est en effet paradoxal : la commune et la région accordent au cas par cas des autorisations pour les sociétés de transports, alors que l’étude d’incidences pour le renouvellement du permis d’environnement de l’aéroport de Bierset n’est pas terminée, et qu’il est donc délicat de mesurer l’impact du surcroît d’activités induit par AliBaba ; une hausse des atterrissages et décollages, des vols de nuit et de jour, mais encore les conséquences sur la mobilité dans l’agglomération, avec une augmentation de trafic routier des camions pour acheminer tous ces colis vers les consommateurs.

C’est évidemment une lacune en termes de procédure. Mais au-delà, l’action symbolique de ce matin entend également souligner l’absence d’une réflexion plus globale sur le monde mondialisé qui s’apprête à subir un sérieux coup d’accélérateur.

C'est 350 hectares qui vont être anéantis

"On estime que la centrale à béton est le premier chaînon de la construction et de l’extension de Liège Airport. Sans béton, pas de construction, sans construction, pas de Liège Airport" explique Niels Duchesne, le porte-parole du groupe d'activistes. "Ce qui nous inquiète dans l’extension de l’aéroport, c’est qu’il s’agit d’une décision anti-climatique, c’est complètement aberrant. Ce sont des investissements publics énormes, on est à 1,25 milliard d’euros, sans aucune concertation avec la population puisque les Wallons veulent un aéroport de nuit, un aéroport de fret, un aéroport immense. C’est 350 hectares qui vont être anéantis, c’est-à-dire recouverts de béton, de voiries, d’infrastructures… On estime donc que c’est un impact très fort".

Le groupe Eloy réagit

Suite au blocage, le groupe Eloy a de son côté souhaité apporter des éclaircissements. "Eloy est une entreprise privée respectueuse des défis du développement durable", assure-t-il. "Le site de Bierset se positionne d'ailleurs comme un acteur de l'économie circulaire, car il accueille des déchets de construction qui sont traités mécaniquement pour être recyclés en produits finis et réutilisés dans la production de béton, notamment. En outre, ces trois activités sur un même site, situé à proximité de nombreux chantiers de la région, minimisent fortement les déplacements de camions et par conséquent participent à réduire les émissions CO2." Eloy indique en outre ne pas avoir livré un seul m3 de béton dans le cadre du projet d'Alibaba.

Les activistes réclament un moratoire sur le projet AliBaba
Les activistes réclament un moratoire sur le projet AliBaba J Bader RTBF

Niels Duchêne, porte-parole de StopAliBaba

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La nouvelle taxe va-t-elle vous faire fuir les aéroports belges ?

C'est vous qui le dites

L’aéroport de Liège poursuit sa progression

Regions Liège

Articles recommandés pour vous