Exposition - Accueil

Des artistes afrodescendants questionnent l’Europe "ouverte" dans l’expo Oxalá à Tervueren

Affiche de l’exposition

© DR

L’AfricaMuseum de Tervueren proposera, dès vendredi et jusqu’au 5 mars, l’exposition "Europa Oxalá", portée par 21 artistes afrodescendants dont les origines familiales prennent racine dans les anciennes colonies européennes en Afrique.

À travers une soixantaine d’œuvres, elle interroge le Vieux continent et son ambition de se construire comme le lieu d’un avenir "inclusif et diversifié", bien qu’encore "englué dans ses stéréotypes et discriminations" hérités de son passé colonial.

Deux poings de plâtre enserrés par une ceinture de cuir usée accueillent les visiteurs et visiteuses, en écho à l’histoire familiale de l’artiste Sabrina Belouaar. "Pour son premier travail en France, mon père, venu d’Algérie, s’est retrouvé dans une usine de ceintures. Il pensait venir chercher une vie meilleure, il a fini par devoir se serrer la ceinture", explique cette Franco-Algérienne au secrétaire d’État chargé de la Politique scientifique, Thomas Dermine, qui découvrait jeudi l’exposition en même temps que la presse.

Loading...

Pourtant, "Oxalá" est une expression d’espoir en portugais, déclinée de l’arabe "Inch’Allah". Résultant de siècles d’intégration, il traduit une idée d’avenir, de devenir qui se construit. Un thème qui serpente entre les sculptures, peintures, vidéos et installations de l’exposition itinérante. "Ajouter une couche critique plutôt qu’éradiquer ou déboulonner", c’est le propos de John K. Cobra, qui appose une couche de caoutchouc sur un masque africain, ou de Katia Kameli, qui photographie le Mémorial de la Libération à Alger, rhabillé d’un sarcophage.

L’exposition "invite à réfléchir à une Europe pleine d’espoirs et de perspectives, mais aussi de craintes", a commenté le secrétaire d’État chargé de la Politique scientifique, Thomas Dermine. "Le grand danger actuellement est d’opposer une défense positive des minorités (raciales, sexuelles…) – que l’on appelle parfois péjorativement les wokistes – à un attachement profond à une égalité de fait – les universalistes. On peut résolument se revendiquer des deux et les musées doivent contribuer à une ouverture d’esprit."

Loading...

Outre l’exposition, "Europa Oxalá" est parsemée de rencontres et débats avec les artistes, films et autres performances musicales.

Quelque 10.000 personnes l’ont visitée au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille l’an dernier, tandis qu’elle a attiré 50.000 visiteurs cet été à la Fondation Gulbenkian à Lisbonne.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous