RTBFPasser au contenu
Rechercher

Des baptêmes de l’air, grâce à un pilote extraordinaire

Baptêmes de l'air avec pilote paraplégique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

15 juin 2022 à 04:00Temps de lecture2 min
Par Sarah Heinderyckx avec Maurizio Sadutto

Comme chaque pilote avant de partir en vol, Nino effectue les dernières vérifications d’usage. Seule particularité sur la piste : il évolue en chaise roulante. Paraplégique à la suite d’un accident il y a dix ans, cet ancien pilote de l’armée de l’air a pu renouer avec sa passion grâce à un avion adapté.

Une adaptation mécanique permet de dériver une commande au niveau de la main.

"L’avion a été adapté", explique-t-il, "parce qu’il y a une des commandes au niveau des pieds, ce qu’on appelle les palonniers, qui nécessite de poser ses pieds pour pouvoir diriger le 'gouvernail' de l’avion. Ce qui a été fait, c’est une adaptation mécanique qui permet de dériver cette commande au niveau de la main. En poussant vers le bas, c’est l’équivalent d’appuyer avec le pied droit. Et en tirant vers le haut, c’est équivalent à appuyer avec le pied gauche."

Un système relativement simple qui lui a permis d’être le premier pilote paraplégique sous licence en Belgique. Une chance que Nino tient à partager avec d’autres.

Le jour même, il propose des baptêmes de l’air à des personnes porteuses de handicap, tout comme lui.

Prendre de la hauteur

"C’est en effet la première fois pour moi. Je n’ai jamais fait de saut en parachute ni rien de la sorte, donc, ça va être un peu… étrange, mais intéressant !"

Malgré le stress, les passagers sont entre de bonnes mains. Une bonne accélération… et c’est parti !

© Tous droits réservés

Dans les airs, les yeux des passagers se mettent à briller. Loin des soucis de la terre ferme, tous se mettent à rêver. Partis d’Aalter, ils rejoignent rapidement la Mer du Nord.

Nino rassure sur les turbulences, explique le fonctionnement d’un avion et cède même les commandes. Une expérience extraordinaire qui ne laisse personne indifférent.

Après l’atterrissage, l’enthousiasme est unanime :

"Il n’y a plus de handicap en fait ! On était quatre et on était tous dans l’avion, point ! Ce qu’on ressent, c’est peut-être une certaine puissance, on était un peu les maîtres du monde, entre guillemets !"

"Une fois qu’on est au-dessus vu qu’on n’a plus besoin de rien, ni de fauteuil roulant ni de béquilles, on hésite à revenir sur terre, parce que franchement c’est génial !"

Tout est possible

À côté du plaisir personnel de Nino qui se destinait à devenir pilote de ligne, ces baptêmes envoient surtout un message : malgré les problèmes d’accessibilité des personnes à mobilité réduite dans la société, tout est possible.

 

Loading...
Nino Peeters : "Il y a des droits qui sont bafoués dans notre pays à cause du manque d’accessibilité"

"Quand on y réfléchit, ce n’est pas logique.", dit-il, "En 2022, qu’une personne en chaise roulante sache piloter un avion en autonomie, mais ne puisse pas aller au resto, dans un musée, aller voter parfois ! Il y a des droits qui sont bafoués dans notre pays à cause de ce manque d’accessibilité !"

Grâce aux dons versés à son association, l’ASBL Passe le message à ton voisin, Nino organise 10 à 20 journées comme celles-ci chaque année. Une façon pour lui et ses passagers de prendre de la hauteur, et de goûter à la liberté.

© Tous droits réservés

Sur le même sujet

Un boîtier connecté pour faciliter la vie quotidienne des personnes en situation de handicap

Regions

Handicap : le manque de places et de logements adaptés reste une réalité en Belgique

Articles recommandés pour vous