Régions Brabant wallon

Des bassins d’orage pour contenir les eaux de ruissellement de l’autoroute à Wavre : suffisant en cas de fortes pluies ?

Wavre sous eau en juillet 2021, beaucoup l’ont vécu comme un traumatisme.

© Stéphanie Vandreck – RTBF

A Wavre, la pluie qui tombe sur l’autoroute E411 file tout droit dans la Dyle en amont de la ville. Il n’y a quasiment pas de dispositif de retenue, ce qui accroît le risque d’inondation. Mais cela va bientôt changer.

Fin juin, suite à la catastrophe de l’été 2021, le conseil communal a voté une motion demandant à la Région wallonne de se pencher sur la question. Le ministre Philippe Henry, en charge des infrastructures et de la mobilité, vient d’apporter quelques éléments de réponse, à la suite d’une question posée au Parlement par le député André Antoine (Les Engagés).

Ainsi, le ministre évoque la construction d’un ou de plusieurs bassins d’orage, parmi d’autres mesures à déterminer. Une étude hydrologique sera bientôt réalisée. Elle permettra d’y voir plus clair sur ce qu’il y a lieu de faire et à quel endroit.

Un sujet devenu prioritaire

A ce stade, on semble donc être toujours au stade des intentions. Mais on avance, ce qui réjouit le conseiller communal Benoît Thoreau (Les Engagés), à l’origine de la motion adoptée en juin.

"Nous sommes très heureux de voir ça, explique-t-il. D’autant plus que cela fait des années que nous préconisons cette idée de collecter ces eaux pluviales qui sont vraiment très volumineuses en cas de fortes pluies. Chaque fois, on nous a répondu que ce n’était pas prioritaire. Mais cette fois-ci, la réponse est à la mesure de nos attentes. D’une part, notre motion a été adoptée à l’unanimité du conseil communal. Et d’autre part, nous avons des réponses du ministre, ce qui est quand même très intéressant."

Favoriser l’infiltration

Une réserve tout de même. Le ministre ne parle que de bassins d’orage, alors qu’il vaudrait mieux miser d’abord sur l’infiltration de l’eau à l’endroit où elle tombe, selon Benoît Thoreau.

"Gérer une infiltration des eaux dans le sol permet d’éviter le ruissellement et aussi de recharger les nappes souterraines. Pour moi, c’est essentiel. Les bassins, en cas de fortes pluies, ils se remplissent parfois très vite. Et à un moment donné, ils débordent et ça devient incontrôlable."

Pour réaliser ces aménagements, il ne faut pas traîner, dit encore Benoît Thoreau. Mais gare à la précipitation, qui n’est jamais bonne conseillère. L’élu demande enfin que les différents niveaux de pouvoir, ville, province et région, se coordonnent davantage pour garantir une meilleure efficacité de l’action publique.

Sur le même sujet

L'intelligence artificielle va pouvoir prévenir et suivre les catastrophes climatiques

Climat

Surprise à Wavre : la bourgmestre Françoise Pigeolet démissionne pour raisons de santé, Anne Masson va lui succéder

Régions Brabant wallon

Articles recommandés pour vous