RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Des bénévoles observent la météo chaque jour pour aider l'IRM

IRM : Relevé des températures par des bénévoles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

On attend 32, 33 degrés ce jeudi. Jusqu'à 35 dimanche. Pour relever les températures tout au long de la journée, l'IRM dispose de stations météos mais il peut aussi compter sur l'appui de nombreux bénévoles. Des particuliers passionnés et bien équipés. Cela permet d'avoir des relevés encore plus précis. Nous nous sommes rendus chez Anne-Marie, en région verviétoise.

Chaque jour, le même rituel

Chaque matin, Anne-Marie commence par le relevé des températures.
Chaque matin, Anne-Marie commence par le relevé des températures. RTBF

Tous les matins, c’est le même rituel. Anne-Marie Michel, 78 ans, est observatrice officielle pour l’Institut Royal Météorologique. Il est 8 heures, l’heure des relevés. On commence par les températures: "J'ai trois températures à relever" explique Anne-Marie. "J'ai un thermomètre à alcool. Je commence par la température de 8 heures, la température minimum. Puis je vais au thermomètre au-dessus qui est un thermomètre à mercure et qui donne la température maximum sur 24 heures."

Cette structure fournie par l’IRM permet de protéger les précieux thermomètres du soleil et des intempéries.

Après le relevé des températures, place au pluviomètre.
Après le relevé des températures, place au pluviomètre. RTBF

Plus loin dans son jardin, Anne-Marie passe à l’observation suivante: "Ici, c'est un pluviomètre pour mesurer la quantité d'eau qui est tombée. J'ai une bouteille et une mesurette pour mesurer l'eau. Et je dois remplacer la bouteille parce que je dois toujours mettre une bouteille sèche tous les matins" précise l'observatrice pour l'IRM.

Une passion depuis 25 ans

Mesurer les données météos, observer les nuages, le ciel, le brouillard parfois. Tout ça fait aujourd'hui partie de la vie d’Anne-Marie, contaminée par cette passion depuis 25 ans: "Au départ, c'est mon mari qui devait le faire. Mais ça doit être fait tous les jours précisément à 8 heures, et mon mari était déjà parti travailler. Et quand j'ai entendu toutes les explications, ça m'a plu et j'ai dit que je voulais bien le faire. De fil en aiguille, ça m'a passionnée, et je fais ça depuis 1997."

Chaque observation est minutieusement inscrite dans des carnets.
Chaque observation est minutieusement inscrite dans des carnets. RTBF

Chaque observation est minutieusement inscrite dans des carnets: "J'ai plusieurs colonnes avec les trois températures, le ciel, le brouillard, le gazon (voir s'il est humide ou sec)." Devant Anne-Marie, 25 ans d’archives. Elle s’inquiète de l’évolution claire du climat: "J'ai eu un record en 2019, à 40,3 degrés sous abri. On a plus souvent des étés très chauds, moins de pluie, mais parfois, quand on a de la pluie, ce sont des grosses draches."

Pour ce travail, Anne-Marie touche 150 euros par an. Le matériel lui est fourni. Aujourd’hui, 200 observateurs collaborent avec l’IRM à travers le pays.

Tous les matins, à 8 heures, c'est le même rituel.
Tous les matins, à 8 heures, c'est le même rituel. RTBF

Articles recommandés pour vous