Mobilité

Des bus à 1 € par mois en Wallonie pour les 18-24 ans : une économie de 72 euros par an

09 juin 2022 à 09:11Temps de lecture2 min
Par Marie-Laure Mathot

Des bus quasiment gratuits pour les seniors et les jeunes adultes en Wallonie, c’était annoncé dans la déclaration du gouvernement. Mais les ministres semblent vouloir accélérer le tempo pour que les transports en commun soient accessibles d’ici la rentrée et ainsi soulager le portefeuille des usagers.

Pour qui ?

Dès septembre, le bus en Wallonie sera à 1€/mois pour

  • Les familles qui bénéficient déjà d’un tarif social
  • Les seniors de plus de 65 ans
  • Les jeunes de moins de 18 à 24 ans

Notons que les 12 à 17 ans ne sont pas concernés actuellement, contrairement à ce qui est écrit dans la déclaration de politique régionale qui annonce la "gratuité des transports en commun pour les jeunes jusqu’à 25 ans". Néanmoins, les tarifs n’augmenteront pas ni pour les 12-17 ans ni pour les 25-64 ans jusqu’en 2024.

Source : letec.be
Source : letec.be Infographie : Quentin Vanhoof

Chaque année, l’économie est donc de 72 euros pour les jeunes adultes et de 24 euros pour les seniors.

Ces tarifs s’alignent avec ceux de la Stib qui offre également un abonnement annuel à 12 euros pour les 18-24 ans, même s’ils ne sont pas étudiants. Les transports en commun bruxellois vont néanmoins un pas plus loin en proposant un abonnement scolaire à 12 euros par an pour les 12-17 ans.

 

Des tarifs attractifs mais le bus passe-t-il dans le quartier ?

Si le bus devient quasiment gratuit, encore faut-il qu’il passe près de son domicile pour qu’il soit accessible. Pour cela, la déclaration de politique régionale parle d’un autre point : l'offre.

Le réseau sera étendu

Le gouvernement "s’engage, en priorité, à augmenter l’offre, tant en zone urbaine que rurale, et l’améliorer en termes de qualité (en particulier à travers la diminution et la fiabilisation des temps de parcours par le biais d’infrastructures dédicacées) et de capacité. Cela concerne tant l’optimalisation du réseau structurant que des lignes secondaires et de l’offre scolaire. Le réseau sera étendu, là où les besoins le justifient, notamment via des lignes express et des lignes de rabattage, pour relier les zones d’activités, quartiers, lotissements et villages."

De quoi donner plus de place aux transports en commun en Wallonie ? C’est en tout cas une des recommandations d’un des derniers rapports de l’Iweps, l’Institut wallon de l’évaluation de la prospective et de la statistique face à la crise énergétique. L’Institut rappelle notamment que les villages sont encore mal desservis en Wallonie.

"La cartographie des zones d’accessibilité met bien en évidence de nombreux territoires, en particulier ruraux, ne bénéficient pas d’une offre de base en transport en commun type "bus" et donc une certaine disparité territoriale en Wallonie. Ceci se confirme à l’examen des chiffres de la couverture de la population wallonne qui met en évidence que 22% de la population habite à plus de 5 km d’une offre satisfaisante et 53% à plus d’un km."

Sur cette carte, les zones colorées sont situées à moins de 15 minutes à pied et moins de 5 km d’un arrêt de bus bien desservi en 2017 (calculs IWEPS). Les zones en blanc ne sont donc pas desservies.

Zones accessibles en bus en Wallonie

Iweps

Sur le même thème : extrait de QR du 30/09/2021

Sur le même sujet

La gratuité des transports en commun est-elle utile ?

Belgique

Philippe Henry (Ecolo) à Jeudi en Prime : en Wallonie, "il y a trop de voitures et on les utilise trop"

Politique

Articles recommandés pour vous