Regions Liège

Des députés européens demandent la création d’un fonds pour l’adaptation des régions aux changements climatiques

Les trois députés européens se sont rendu compte à Verviers et à Eupen de l’ampleur des dégâts.

© RTBF – Olivier Thunus

Trois députés européens membres de la commission Développement régional du Parlement européen ont parcouru la vallée de la Vesdre ce mercredi. Ils voulaient se rendre compte par eux-mêmes de la situation suite aux inondations de juillet dernier. Au terme de la visite, ils ont annoncé qu’ils comptaient demander à la Commission européenne la création d’un nouveau fonds afin de soutenir l’adaptation des régions aux changements climatiques.

Les députés européens se sont dits ébahis par ce qu’ils ont pu voir, d’autant qu’en matière de reconstruction, tout reste à faire, avec même une difficulté pour les autorités locales : " La Région wallonne fait énormément pour les communes sinistrées mais c’est vrai que les moyens restent quand même limités. Dès lors, la Région nous dit qu’on va pouvoir refaire nos routes, nos bâtiments communaux, mais qu’elle paiera comme si on refaisait à l’identique. Si on veut améliorer, on doit le financer autrement ", explique Muriel Targnion, bourgmestre de Verviers.

D’où l’idée des membres de cette commission parlementaire d’obtenir la création d’un nouveau fonds de soutien : " Ce que nous voulons, c’est qu’on puisse aujourd’hui donner aux communes qui ont été frappées les moyens de reconstruire différemment. Parce que vous aurez d’autres catastrophes, ici ou ailleurs, et donc nous demandons à la Commission européenne de mettre sur la table un fonds pour l’adaptation des régions au changement climatique ", précise Younous Omarjee, président de cette commission parlementaire et député européen français.

Un fonds qui pourrait aider donc à reconstruire autrement : " Quand vous parlez avec les bourgmestres, ils vous disent qu’ils sont en train d’attendre des études des universités sur la manière de faire mieux : créer des zones ou l’eau pourrait s’en aller au lieu de détruire les villes et les villages, fortifier des murs, créer des espaces où des maisons seront construites d’une façon plus résiliente ", détaille Pascal Arimont, député européen belge issu de la Communauté germanophone.

Un fonds que les députés verraient bien doté de 50 milliards d’euros en attendant la prochaine programmation européenne prévue en 2028.

Articles recommandés pour vous