RTBFPasser au contenu
Rechercher

Des experts brésiliens remettent en question la fiabilité du vaccin russe Spoutnik V

Selon les experts brésiliens, le problème provient de la technologie dite du "vecteur viral" utilisée par le Spoutnik V
30 avr. 2021 à 14:52Temps de lecture2 min
Par F.C.

L’agence de régulation sanitaire brésilienne (Anvisa) a annoncé qu’elle s’opposait à l’importation de doses de vaccin russe Spoutnik V. Elle annonce avoir suivi la recommandation de ses experts qui ont identifié des "incertitudes" concernant ce vaccin. Ils évoquent un risque pour les personnes au système immunitaire affaibli et estiment manquer de données pour s’assurer de la sûreté et de l’efficacité de ce vaccin.

"Jamais nous ne permettrons que des millions de Brésiliens soient exposés à des produits sans une vérification appropriée de la qualité, de l’innocuité et de l’efficacité ou, au minimum, face à la situation grave que nous traversons, qu’il existe un rapport favorable entre le risque et les avantages", a déclaré Antonio Barra Torres, président de l’Anvisa.

Loading...

" Diffamation " selon les concepteurs russes

Ces déclarations n’ont pas manqué de susciter une réaction du laboratoire russe Gamaleïa, concepteur de ce vaccin. Celui-ci dénonce une décision "de nature politique" et menace d’attaquer l’agence brésilienne en justice pour diffamation.

En réponse, le président de l’ANVISA s’est défendu des accusations de diffamation de la part de Moscou qui l’accuse de "mentir et d’agir de façon contraire à l’éthique et de produire de fausses informations". Antonio Barra Torres affirme que ce refus du Brésil se fonde sur des données fournies par les concepteurs eux-mêmes. "Les informations sur la présence d’adénovirus capables de réplication se trouvent dans les documents remis à l’Anvisa par les concepteurs du vaccin Spoutnik", a assuré son président.

Loading...

Selon cette agence, les informations fournies par le laboratoire russe Gamaleïa montrent que le vaccin est porteur d’une version active d’un virus commun provoquant des rhumes. Ces résultats "soulèvent des questions à propos de l’intégrité du processus de fabrication" de ce vaccin et pourraient représenter un risque pour des personnes au système immunitaire affaibli, si le problème était répandu, estime la virologue américaine, Angela Rasmussen.

Technologie du vecteur viral

Le problème provient de la technologie dite du "vecteur viral", utilisée notamment par le Spoutnik V : elle consiste à se servir comme support d’un type de virus très courant appelé adénovirus, rendu incapable de se répliquer, et modifié pour transporter des informations génétiques permettant de combattre le Covid-19. Le vaccin russe utilise un vecteur viral différent pour chacune des doses.

Dans une présentation mise en ligne, des scientifiques d’Anvisa avaient déclaré que des tests d’échantillons de la deuxième dose du Spoutnik V avaient révélé que l’adénovirus était "capable de réplication", donc qu’il était encore en mesure de se multiplier une fois injecté dans l’organisme.


►►► A lire aussi : Pourquoi l’UE n’a pas encore approuvé le vaccin russe Spoutnik V ?


Ils avaient estimé que cette situation était probablement due à une anomalie de fabrication appelée "recombinaison", au cours de laquelle l’adénovirus modifié a acquis à nouveau les gènes nécessaires à sa réplication lorsqu’il était cultivé en laboratoire dans des cellules humaines artificielles. Ces scientifiques expliquent n’avoir testé que la deuxième dose du vaccin.

Déjà utilisé dans de nombreux pays

Au-delà de la Russie, ce vaccin est utilisé dans une soixantaine de pays dont l’Argentine, le Mexique et le Venezuela par exemple mais il n’a toujours pas été approuvé par les agences sanitaires de l’Union européenne (EMA) et des Etats-Unis (FDA).

Au Brésil, la vaccination progresse très lentement en raison de l’insuffisance du nombre des doses. Ce pays vient de franchir le cap des 400.000 morts du coronavirus.

Sur le même sujet

Journal télévisé 03/02/2021

Les Clés de l'Info : l'arrivée du vaccin Spoutnik en Europe ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Vaccin anti-coronavirus : des chercheurs russes affirment avoir adapté le vaccin Sputnik au variant Delta

Articles recommandés pour vous