On n'est pas des pigeons

Des films à profusion dans les salles pour la fin d’année

Embouteillage dans les cinémas

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

17 déc. 2021 à 10:20Temps de lecture2 min
Par On n'est pas des pigeons

Vous allez au cinéma malgré le Covid ? Alors, l’événement à ne pas manquer, vous en avez entendu parler sans aucun doute, c’est LA superproduction du moment. Spider-Man est de retour avec No Way Home. Les préventes avaient déjà rempli la moitié des salles Kinepolis le soir de sa sortie.

D’un point de vue socio-économique, les salles de cinéma espèrent se refaire une santé avec un véritable embouteillage de films. Mais certains films risquent quand même de passer à la trappe.

Les cinémas s’organisent

L’homme araignée n’est pas le seul à montrer les muscles, car ces derniers mois, les films se bousculent à l’affiche. Il y a véritablement un embouteillage… dans les salles. Un bouchon que les grands complexes peuvent facilement digérer malgré les mesures Covid. La solution ? Anneleen Van Troos, porte-parole de Kinepolis Group, confirme : "C’est un succès énorme. Nous avons déjà vendu 40.000 tickets pour la première semaine, dont 13.000 pour le jour de la sortie. "

… pendant les vacances de Noël, on ajoute encore le matin. Donc, on aura 5 plages horaires par jour.

Elle explique comment le groupe fait face à l’engouement en augmentant le nombre de séances par jour : "On multiplie les plages horaires : on passe de trois à quatre plages horaires à partir du vendredi 17 décembre. Et puis, pendant les vacances de Noël, on ajoute encore le matin. Donc, on aura 5 plages horaires par jour. "

Par contre, les cinémas d’art et d’essai n’ont pas eux cette flexibilité. Avec moins de salles et certainement plus de films encore à diffuser, ils doivent souvent réduire leurs fenêtres de programmation. Comme aux Grignoux, 13 salles à Liège et à Namur, où les films sont moins longtemps présents à l’affiche. En moyenne, 4 semaines au lieu de 6 dans les grands complexes.

Les films ont au moins le temps d’exister, sont moins exposés. Et ce sont souvent les films les plus fragiles en fait qui en pâtissent.

Nicolas Bruyelle, co-programmateur Les Grignoux asbl : "Les films ont au moins le temps d’exister, sont moins exposés. Et ce sont souvent les films les plus fragiles en fait qui en pâtissent." Selon lui, "Le cinéma d’auteur le plus pointu souffre malheureusement un peu plus que les films attendus, les plus emblématiques en fait."

Le cinéma d’auteur le plus pointu souffre malheureusement un peu plus que les films attendus, les plus emblématiques en fait.

Les nombreuses sorties "House of Gucci" de Ridley Scott, ou le dernier Almodovar, "Madres paralelas" et tous les autres, ont certainement fait souffrir des films comme "Olga", un film franco-suisse plus confidentiel. Mais aux Grignoux, on mise aussi sur l’événementiel : des films en présence du réalisateur ou bien décodés par des experts ciné. Il y a aussi les matinées scolaires mais là, le Covid a réduit les espoirs.

Les sorties extra-muros pour les élèves de maternelle, primaire et secondaire sont interdites.

En effet, "Les sorties extra-muros pour les élèves de maternelle, primaire et secondaire sont interdites. Cela a pour conséquence aux Grignoux sur Namur et Liège dans notre programme "Ecran large sur tableau noir", on a 12.000 entrées en moins."

Qu’à cela ne tienne, restons positifs : les films sont là et il y en a à profusion. Profitez-en et nous vous souhaitons : bonne séance !


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Sur le même sujet

Coronavirus : les distributeurs et les exploitants de salles demandent de maintenir les cinémas ouverts

Articles recommandés pour vous