RTBFPasser au contenu

Des fleurs à couper vous-même !

Venez composer votre bouquet de fleurs sur le champ !
01 juil. 2019 à 14:05 - mise à jour 01 juil. 2019 à 14:053 min
Par RTBF La Première

Né en Allemagne et en Suisse il y a une vingtaine d’années, le concept de vente de fleurs à couper soi-même au champ s’est développé en Belgique depuis 2007. Vu l’intérêt manifesté par les amoureux de la nature, ce sont 19 champs qui sont ouverts à tous en 2019. Découverte du projet Fleurs à couper, avec Maximilian Bommers et Maria Bommers-Zillikens.

Maria Bommers-Zillikens a été séduite par ce concept et a souhaité l’essayer en Belgique. L’honnêteté et la confiance ont un rôle très important dans ce projet. Le Belge est-il aussi honnête que le Suisse ou l’Allemand ?


Le concept

L’agriculteur plante des fleurs sur une parcelle. Quand elles sont à maturité, les gens viennent librement sur le champ, utilisent un outil de coupe mis à disposition, choisissent et coupent les fleurs qu’ils souhaitent, selon la taille, la couleur, le nombre. Ils font un calcul mental et glissent l’argent dans la caisse. Il n’y a pas de vendeur sur place.

Pour l’agriculteur, c’est une manière de diversifier ses activités, mais aussi de redorer le blason de l’agriculture, de rentrer en contact direct avec la population.


Un succès immédiat

Dès le départ en 2007, la sauce a bien pris et des champs supplémentaires ont été plantés chaque année. Maximilian Bommers et Maria Bommers-Zillikens exploitent ainsi aujourd’hui 14 champs, dans le Namurois et le Brabant Wallon.

Il a fallu expliquer cette notion de confiance : les gens étaient étonnés de ne pas voir de présence sur le champ, de pouvoir se promener librement, de pouvoir y accéder à n’importe quel moment, de choisir les fleurs et mettre l’argent dans la caisse.

Ils apprécient le contact avec la nature, cette liberté dans le choix, la possibilité de prendre le temps d’expliquer aux enfants le nom des fleurs, comment elles poussent… Ils posent volontiers des questions aux exploitants, lorsqu’ils sont sur place pour entretenir la parcelle.


Une activité rentable ?

"De manière générale, les gens jouent bien le jeu, sinon le concept n’existerait plus. De temps en temps on a de mauvaises surprises, certains font semblant de payer et partent en courant, d’autres exagèrent…. Mais on essaie de rester focalisé sur le positif", explique Maximilian Bommers.

On peut dire que c’est une activité rentable en général, même s’ils rencontrent des hauts et des bas. En 2018, par exemple, le printemps a été trop chaud et les tulipes n’ont pas eu une assez longue période de floraison : 4 semaines au lieu de 6 à 8, d’où un gros manque à gagner.


La notion de saisons

Ce concept rééduque le citoyen aux saisons, lui qui est habitué à avoir n’importe quelle fleur à n’importe quelle saison, des fleurs qui parcourent plusieurs milliers de kilomètres en avion. C’est un retour aux sources, à la nature, à la réalité : on apprend à quel moment pousse quelle fleur. On réapprend aussi qu’on ne peut pas toujours tout avoir à tout moment.

On commence avec les narcisses fin février, mars, puis les tulipes, en mai viennent les pivoines, puis les lys, les tournesols, les glaïeuls, puis en automne, les dahlias et les chrysanthèmes. On peut ainsi récolter des fleurs de début mars à mi-novembre.


Une initiative écologique !

Les mentalités changent dans le milieu agricole, la tendance revient à la vente directe, aux circuits courts. Les gens sont nombreux à vouloir des fleurs d’ici, à vouloir faire travailler des producteurs locaux. Ils apprécient la qualité des fleurs, qui tiennent plus longtemps que des fleurs importées. L’absence d’emballage ne leur pose pas de problèmes.

Les parcelles sont situées en bord de routes fort fréquentées, pour ne pas avoir de grand détour à faire.

Le mouvement se répand. Des agriculteurs ont planté des champs autour de Liège, de Walcourt, de Tournai, dans un souci de diversification ou tout simplement parce qu’ils aiment les fleurs !

L’astuce de Maria Bommers-Zillikens : une goutte de produit de vaisselle dans l’eau des tournesols leur donnera longue vie !

Plus d’infos sur le site Fleurs à couper et sur leur page Facebook

Ecoutez ici cette séquence fleurie !

Sur le même sujet

13 mai 2022 à 13:48
11 min
17 févr. 2020 à 13:09
2 min

Articles recommandés pour vous