Guerre en Ukraine

Des ingénieurs russes inspectent la centrale nucléaire de Zaporijjia, ciblée par des tirs le 4 mars

© AFP

Des responsables du géant du nucléaire russe Rosatom sont arrivés vendredi à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, ciblée par des tirs le 4 mars et occupée depuis par les Russes, se disant là pour vérifier le niveau de radiation, a indiqué samedi l'agence nucléaire ukrainienne Energoatom.

Onze employés de Rosatom sont arrivés vendredi à la centrale - la plus grande d'Europe, sur le fleuve Dniepr - emmenés par des ingénieurs des centrales russes de Balakovo, sur la Volga, et de Rostov, sur le Don, a indiqué Energoatom sur la messagerie Telegram. Ces ingénieurs ont indiqué au personnel ukrainien avoir été envoyés pour "évaluer le niveau de radiation" et "aider à réparer la centrale", après les bombardements qu'elle a subis début mars, toujours selon Energoatom.

Mais le refus du personnel ukrainien de collaborer avec les Russes serait aussi une raison de leur venue, selon l'agence. 

 

L'un des Russes arrivés à la centrale avec les ingénieurs, qui s'est présenté comme le nouveau responsable de l'administration militaro-civile locale, a affirmé au personnel que la centrale était désormais considérée territoire russe et dépendante de l'agence russe Rosatom, a encore ajouté Energoatom.

Des chars russes avaient tiré le 4 mars sur la centrale de Zaporijjia, provoquant un incendie et faisant craindre une catastrophe. 

Avec six réacteurs VVER-1000 de conception soviétique, la centrale, inaugurée en 1985, dispose d'une capacité totale de près de 6000 mégawatts, assez pour fournir en électricité environ quatre millions de foyers. En temps normal, le site produit un cinquième de l'électricité de l'Ukraine et près de la moitié de son énergie nucléaire.

Suivez l'évolution des événements dans notre direct

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine et nucléaire : pour rassurer l'opinion, les Russes font visiter la centrale de Zaporijjia à la presse

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : l'ONU n'exclut plus la possibilité d'une guerre nucléaire

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous