Des milliers de Belges remboursés pour des soins de santé… de 2017 !

Séances partiellement ou totalement remboursées : ça dépend du kiné. Sauf en 2017 !

© GettyImages

22 sept. 2021 à 15:52Temps de lecture2 min
Par Jean-Christophe Willems

"Bonjour Monsieur,

Prochainement, vous recevrez un paiement complémentaire sur votre compte avec la référence – régularisation soins de santé."

C’est le mail de bonne nouvelle reçu par des milliers de Belges ces derniers jours. Un mail émanant des mutuelles et qui précise également la raison : il s’agit d’une décision du Conseil d’Etat concernant les remboursements de frais de kinésithérapie en 2017. Mais quel était le problème ? Et qui va toucher quoi ?

Remboursement à 75% au lieu de 100%

Si vous allez chez le dentiste ou le médecin, vous êtes en grande partie remboursé de votre consultation par votre mutuelle. C’est aussi le cas en kinésithérapie sauf que le remboursement est moins important si vous choisissez un kiné non conventionné. 25% de remboursement en moins. C’est inscrit dans les conventions prises régulièrement (toutes les années ou deux ans) entre le Comité de l’assurance et les kinésithérapeutes, même si ces derniers plaident depuis longtemps pour un remboursement total.


►►► A lire aussi : La contraception devient gratuite jusqu'à 25 ans en France : Quel remboursement en Belgique?


Or, en 2016, les discussions se sont enlisées et l’INAMI (la sécurité sociale) a reconduit tacitement la convention précédente. Et c’est ce point que la fédération des kinésithérapeutes, Axxon, a attaqué au Conseil d’Etat. Le 7 février 2019, Axxon a obtenu gain de cause.

Un remboursement qui arrive bien tard

Les mutuelles se sont donc vues obligées de rembourser les frais de kinésithérapie de la même manière, que le patient consulte un praticien conventionné ou pas. Mais la plupart ont fait le gros dos, attendant la publication au Moniteur d’un arrêté ministériel pris par le gouvernement supprimant cette différence de traitement entre conventionnés ou non. Sous le coup de nouvelles menaces d’Axxon, l’INAMI a décidé d’agir et a demandé cet été aux mutuelles d’enfin procéder au remboursement, soit les 25% restants.


►►► A lire aussi : Belgique : le remboursement du prix d'un test PCR a diminué de 7 euros


Malheureusement pour les patients, il ne concerne que la période allant de mai à fin décembre 2017. Soit la période pendant laquelle la convention reconduite tacitement a été jugée illégale. Dès 2018, une nouvelle convention est entrée en vigueur. Elle n’a pas été suspendue par le Conseil d’Etat et elle prévoit toujours une différence de 25% de remboursement entre conventionnés ou non. En attendant la nouvelle version de la loi, toujours pas promulguée.

Sur le même sujet

Nouvel accord tarifaire entre médecins et mutualités

Le forfait palliatif bientôt réformé, "nous devons élargir le groupe qui en bénéficie actuellement"

Articles recommandés pour vous