Regions Bruxelles

Des Molenbeekoises jouent les guides et vous racontent leur commune… avec même une maison hantée

Molenbeek compte une "maison hantée", qui a été récemment rénovée

© B. Schmitz – RTBF

A Molenbeek, depuis quelques mois, on trouve un nouveau genre de guides touristiques. Elles s’appellent Nadia, Safia, Hayat, Mariam, Rola et Najat. Six femmes issues de l’immigration qui, pour certaines, ont appris le français il y a à peine quelques années.
C’est l’association la "Maison des femmes-Move ASBL" qui a proposé de les former à parler en publique. Elles assurent désormais des visites d’un autre Molenbeek. Le leur. Celui des monuments historiques, mais aussi de leurs lieux de vie de tous les jours. On a tenté l’expérience sur le terrain.

Une maison hantée au cœur de la commune ?

Ce matin, c’est la directrice de la Maison des femmes qui accepte de jouer les guides. Et d’emblée, Noura Amer nous met dans l’ambiance. "Vous n’avez jamais entendu parler de la maison hantée ? Je vais vous montrer".

Quelques instants de marche plus tard, nous voilà devant une grande maison blanche fraîchement rénovée et d’apparence ordinaire, sans aucune indication spécifique. Pourtant, "On dit qu’il y avait une vieille dame qui habitait là-dedans il y a des années. Toute seule. Il y avait beaucoup d’enfants qui jouaient ici au foot et le bruit la dérangeait. Un jour, elle a donc eu une idée. Elle a commencé à planter des clous dans sa façade. Cela a donc fait éclater les ballons. Tout cela a fait peur aux enfants et, donc, ils ont pensé que la maison était hantée. C’est peut-être vrai", conclut Noura Amer, un petit sourire espiègle en coin.
C’est en fait surtout une histoire qui se raconte entre habitants du quartier depuis des années. Et ces nouvelles guides l’ont reprise à leur compte. "C’est bien, parce qu’on voit ici comment les personnes issues de l’immigration s’approprient en fait vraiment leur ville, leur commune", explique la directrice. "Cela fait entièrement partie de leur vie".
 

Il n’y a pas que les monuments historiques à faire visiter

Le parc Bonnevie est aujourd’hui un lieu central de rencontre et d’activités pour petits et grands à Molenbeek. Ce n’était pas vraiment le cas avant sa rénovation.
Le parc Bonnevie est aujourd’hui un lieu central de rencontre et d’activités pour petits et grands à Molenbeek. Ce n’était pas vraiment le cas avant sa rénovation. © B. Schmitz – RTBF

Un peu plus loin, c’est au milieu d’une place d’apparence banale que la directrice nous emmène pour une nouvelle halte de la balade. Une place où les cris d’enfants résonnent puisqu’elle est remplie de balançoires, ponts suspendus et autres structures de jeux en tout genre. "Bienvenue au parc Bonnevie. Il y a quelques années, c’était une grande place laissée à l’abandon entre des hauts immeubles et qui était mal fréquentée le soir. Depuis, ici, tout a été rénové. On a installé tous ces jeux pour les enfants, mais aussi des bancs par exemple. C’est très important. C’est aussi devenu un lieu de rencontre pour les mamans du quartier. Et même jusque tard le soir. On voit aussi des femmes plus âgées qui viennent s’installer ici pour discuter".

Au bout de la place, il y a même une petite dizaine de dames qui rient aux éclats, pas tellement rassurées en se regardant l’une l’autre faire un petit parcours à vélo. "On apprend à rouler à bicyclette avec notre professeur", explique l’une d’elles, Najima, la cinquantaine. "Ça va. On s’en sort, mais on est débutantes. C’est un peu dangereux pour nous. Même si c’est beaucoup mieux de rouler ici que de devoir aller sur la route, à côté des voitures".

Dans un coin du parc Bonnevie, un groupe de femmes molenbeekoises sont en train d’apprendre à rouler à vélo avec l’aide d’un professeur
Dans un coin du parc Bonnevie, un groupe de femmes molenbeekoises sont en train d’apprendre à rouler à vélo avec l’aide d’un professeur © B. Schmitz – RTBF

On l’a compris, dans ces visites, à côté des monuments historiques d’hier, on retrouve surtout des lieux de vie du Molenbeek d’aujourd’hui. "C’est très important pour nous de montrer le vrai visage de Molenbeek, ce visage positif de la commune et de ses habitants et habitantes. Ça l’est d’autant plus qu’on sait que ces dernières années l’image de la commune a beaucoup souffert, notamment avec les attentats".

C’était aussi l’occasion de se dépasser. Dépasser leur timidité dans une langue, le français, qu’elles ne maîtrisent parfois pas parfaitement"

Le parcours de visites passe donc aussi par le parvis Saint-Jean-Baptiste, avec son église rectangulaire reconnaissable entre mille et ses petits salons de thés, où sont assis presque uniquement des hommes, sur les côtés. Il y a aussi la place communale où se déroule le traditionnel marché du jeudi, la maison des cultures ou encore l’extérieur du musée de Molenbeek ou la devanture du vieux café "La Rue". Un melting-pot bien bruxellois qui va plus loin que la traditionnelle visite touristique.

"Ce sont vraiment des moments de rencontre qui ont été créés entre nos guides et les groupes qu’elles ont accompagnés. Les visiteurs étaient ravis de découvrir le vrai Molenbeek, celui de la vie de tous les jours, loin des clichés. Et, pour nos membres, c’était aussi l’occasion de se dépasser. Dépasser leur timidité dans une langue, le français, qu’elles ne maîtrisent parfois pas parfaitement", ajoute encore la directrice. "Cela correspond très bien à l’objectif de notre association qui est justement l’émancipation des femmes, notamment issues de l’immigration. On compte environ 500 membres qui viennent régulièrement à nos activités à Molenbeek".

 

L’ancienne manufacture du producteur de tabac Ajja est aussi à découvrir pendant cette visite de Molenbeek. Un site qui abrite aujourd’hui notamment l’association Move ASBL, dont dépend la Maison des femmes située, elle, un peu plus loin rue du jardiniers
L’ancienne manufacture du producteur de tabac Ajja est aussi à découvrir pendant cette visite de Molenbeek. Un site qui abrite aujourd’hui notamment l’association Move ASBL, dont dépend la Maison des femmes située, elle, un peu plus loin rue du jardiniers © B. Schmitz – RTBF

Ce projet, pas comme les autres, il vient de faire l’objet d’un documentaire vidéo, baptisé "Guide dans ma ville" et réalisé par Saddie Choua. La première vision publique a eu lieu ce mercredi à Molenbeek en présence de ces guides d’un autre genre. Le trailer se trouve ci-dessous.

Un projet soutenu par Equal.brussels et appelé à se poursuivre. "Ceux qui souhaitent faire une visite guidée par nos dames peuvent s’adresser à l’association Alter Brussels qui coordonne tout cela pour nous", indique encore Noura Amer. "Elles seront ravies de vous faire découvrir leur monde. D’ailleurs, depuis qu’elles sont devenues guides, elles affirment qu’elles ne regardent plus les immeubles de la même façon lorsqu’elles marchent dans les rues de Molenbeek. Elles me disent qu’elles cherchent désormais toujours le petit élément qui est original et qui pourrait servir lors d’une prochaine balade".

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous