Des PFAS ou "substances chimiques éternelles" sur le site d'Opel à Anvers

Des PFAS ou "substances chimiques éternelles" sur le site d'Opel à Anvers

© HERWIG VERGULT - BELGA

14 août 2020 à 12:08Temps de lecture1 min
Par Belga

Une pollution importante aux PFAS, ou "substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées", a été détectée sur le site d’Opel situé dans le port d’Anvers. Il s’agit de composés toxiques pour l’être humain et l’environnement qui ont déjà fait grand bruit à l’étranger.

Également appelés "substances chimiques éternelles", ces composés sont hydrophobes, lipophobes et résistants à la chaleur. Ils connaissent de nombreuses applications, notamment dans les traitements de surface des ustensiles de cuisine et dans les mousses d’extinction. Une étude américaine a cependant démontré un lien entre 14 PFAS et des cas de cancer, des anomalies congénitales, des maladies de la thyroïde et du foie, rapporte la Gazet van Antwerpen vendredi.

L’Agence publique flamande des déchets (Ovam) est chargée du nettoyage du lieu mais souhaite en transmettre la facture au précédent propriétaire du site, Opel Belgique. Le coût des opérations est estimé à 3,8 millions d’euros.

Un réservoir de mousse d’extinction

La pollution a été causée par un réservoir de mousse d’extinction qui se trouvait sous terre. Différents échantillons indiquent de grandes quantités de PFAS dans le sol (jusqu’à 2400 microgrammes par kilogramme, alors que la norme d’assainissement est fixée à 100 microgrammes). Lors de la vente du terrain, il a été convenu que l’Autorité portuaire d’Anvers s’occuperait de l’épuration.

"Le site est fortement pollué", selon le toxicologue Jan Tytgat. "Y a-t-il des risques importants pour les personnes et l’environnement ? À court terme, cela n’a pas été prouvé mais bien après une longue exposition, de quelques mois à plusieurs années. Dans ce cas, des troubles du développement du fœtus et des perturbations hormonales de l’enfance à l’adolescence ont été constatés, ainsi qu’un risque de cancer, de lésions hépatiques et de problèmes immunologiques."

Sur le même sujet

Pollution aux PFAS: Annelies Verlinden demande l'inventaire des terrains de la Protection civile

Articles recommandés pour vous