C'est vous qui le dites

Des Russes de Belgique victimes de discriminations : faut-il faire barrage à tout ce qui provient de Russie ?

© Getty Images

10 mars 2022 à 10:00Temps de lecture2 min
Par mmor

"Rentre chez toi rejoindre ton peuple de barbares", voilà un exemple de phrase entendue par des Russes installés en Belgique. Ce matin dans La DH, ils sont plusieurs à témoigner, depuis quelques jours, ils font face à des marques de rejets dans leur voisinage ou au travail. Dans La Libre Belgique, un restaurateur explique que son établissement, qui propose des spécialités russes, rencontre moins de succès, un autre à Arlon craint du vandalisme.

Pour soutenir l’Ukraine, faut-il faire barrage à tout ce qui provient de Russie ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

Getty Images

"Je suis pour que l’Europe entière boycott tout ce qui vient de Russie"

Depuis Charleroi, Joël est intervenu sur l’antenne : "Boycotter les produits, oui, mais faire du racisme envers les Russes, non. Mais il faut faire comprendre au peuple russe qu’il est gouverné par un fou, et que tant qu’il sera là, rien n’ira dans leur pays. Beaucoup fuient ce pays dès qu’ils en ont l’occasion. Je n’irai plus au restaurant russe aussi, malheureusement. Je suis pour que l’Europe entière boycott tout ce qui vient de Russie. Il faut que Poutine arrête d’avoir la mainmise sur les autres pays."

Getty Images

"Il y a un bashing anti-russe, ça devient du racisme"

Benoît, au téléphone à Esneux réagit : "Mon épouse est moitié russe, moitié ukrainienne. Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Pour l’instant il n’y a pas de discrimination envers ma femme mais mon fils n’est pas très fier d’avoir du sang russe. Ce n’est pas en boycottant que ça fera changer les choses. Il y a un bashing anti-russe, ça devient du racisme. Les médias sont en partie responsable, on entend souvent que les Russes sont les méchants."

© Tous droits réservés

"Mon beau-fils est ukrainien alors je le défends"

Rosalba de Colfontaine conclut le débat : "Oui, il faut faire barrage. Pour moi ils sont tous dans le même panier. Mon beau-fils est ukrainien alors je le défends. Il y a plein de restaurants qui ferment mais qui rouvrent, ils n’ont qu’à vendre des frites à la place. Quand mes parents sont arrivés en Belgique en 58, on me disait "retourne dans ton pays sale macaroni" ; alors oui je discrimine, mais c’est pour soutenir les Ukrainiens"

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Articles recommandés pour vous