Biodiversité

Des scientifiques constituent une "bibliothèque" des sons émis par les espèces aquatiques

Des scientifiques constituent une "bibliothèque" des sons émis par les espèces aquatiques.

© lindsay_imagery

22 févr. 2022 à 10:30Temps de lecture1 min
Par RTBF avec AFP

Écouter le chant d'une baleine, le grognement d'un poisson-crapaud ou le cri d'un piranha.

Une équipe internationale de chercheurs prépare une vaste bibliothèque sonore destinée à répertorier les sons émis par plus de 120.000 espèces aquatiques. Au-delà de l'aspect découverte, le projet vise essentiellement à assurer la préservation des écosystèmes marins.

L'univers sonore aquatique à portée d'oreille humaine

Oui, les poissons émettent des sons. Certains chantent tandis que d'autres crient ou cliquètent. Un univers sonore que nous, humains, avons du mal à nous représenter. Mais cela va peut-être changer grâce à cette sonothèque sur laquelle planche actuellement une équipe internationale de chercheurs.

Les scientifiques se basent sur 126 mammifères aquatiques connus pour produire des sons, ainsi qu'un millier d'espèces de poissons. 

Cet étonnant projet baptisé "Global Library of Underwater Biological Sounds" a pour ambition de capter les bruits émis par ces espèces qui peuplent les océans, les lacs et les rivières et de les restituer pour qu'ils soient perceptibles par les humains.

L'idée est de développer une plateforme internet en accès libre qui fournira une bibliothèque de référence des sources sonores existantes dans le monde (par exemple les sites FishSounds et FrogID) ainsi qu'une application de science citoyenne pour le grand public. Une restitution du son produit par le tourbillon géophysique de la glace et du vent est également prévue dans cette sonothèque inédite.

Un état des lieux des écosystèmes marins

Le but principal de ce projet ambitieux est de surveiller en temps réel la santé des écosystèmes marins.

"À une époque où la biodiversité mondiale connaît un déclin important et où les paysages sonores sous-marins sont altérés par les impacts anthropiques, il est nécessaire de documenter, de quantifier et de comprendre les sources sonores biotiques - potentiellement avant qu'elles ne disparaissent", soulignent les auteurs de la recherche parue dans Frontiers in Ecology and Evolution

La surveillance sonore sous-marine est déjà utilisée pour étudier les effets des ouragans, observer la façon dont les proies modifient leur comportement à proximité des prédateurs ou encore explorer les schémas de migration des grandes baleines.

Sur le même sujet

Les méduses, fléau de la baignade mais trésor de la science

Biodiversité

Les baleines sont-elles stressées par les touristes ? En Islande, des scientifiques sondent leur souffle

Environnement

Articles recommandés pour vous