Psychologie

Des séquelles psychologiques persistantes après un placement en quarantaine ?

Personnel médical équipé de masque à l'extérieur de l'hôpital de Pékin.
04 mars 2020 à 15:00Temps de lecture2 min
Par RTBF Tendance avec AFP

L’équipe londonienne s’est appuyée sur 24 précédentes études consacrées aux effets psychologiques de la quarantaine et réalisées dans dix pays lors de précédentes épidémies (SARS, Ebola, H1N1, MERS et grippe équine).

Publiés dans la revue The Lancet, les résultats montrent que la quarantaine peut causer de nombreuses séquelles, notamment les symptômes de stress post-traumatique, la dépression, la confusion, la peur, l’énervement et l’abus de substances médicamenteuses.

L’équipe ajoute que certaines de ces répercussions (et plus particulièrement le symptôme de stress post-traumatique) peuvent perdurer. Les personnes travaillant dans le milieu de la santé, ainsi que celles souffrant de troubles psychiatriques seraient particulièrement vulnérables face à elles.

 

Divers facteurs à prendre en compte

D’autres facteurs déterminants sont à prendre en considération, notamment le temps passé en quarantaine, la sensation d’ennui, la frustration, la peur, l’absence de nourriture, d’eau et de vêtements et le manque d’information.

Les conséquences financières dues à l’arrêt du travail et la stigmatisation liée à la maladie sont également associées à des troubles de la santé mentale.

Depuis le début de l’épidémie de COVID-19, de nombreux pays ont donné comme consignes aux habitants de rester chez eux ou d’accepter d’être placés en quarantaine. Selon les chercheurs, la quarantaine ne doit pas se prolonger, les personnes en charge de la santé publique doivent fournir des informations claires à ceux qui sont placés en isolement et doivent rappeler au public les bienfaits pour la société du recours à une telle pratique.

 

Une expérience d’isolation peu connue

Samantha Brooks, l’auteure principale de l’étude, commente : "Se voir placé en quarantaine est une expérience d’isolation souvent terrifiante. Notre étude en montre les conséquences psychologiques. Le fait que celles-ci demeurent détectables plusieurs mois, voire des années plus tard, malgré le petit nombre d’études, s’avère particulièrement alarmant. Cela indique que des mesures sont nécessaires. Les professionnels de la santé doivent bénéficier d’une attention particulière de la part de leurs supérieurs et de leurs collègues. Les personnes qui témoignent d’une santé mentale fragile doivent bénéficier d’un soutien renforcé pendant leur placement en quarantaine".

Sur le même sujet

"Aucune preuve" que les animaux domestiques transmettent le coronavirus, selon l'Anses

Santé & Bien-être

Starbucks bannit les tasses réutilisables face au coronavirus

Environnement

Articles recommandés pour vous