RTBFPasser au contenu
Rechercher

Guerre en Ukraine

Des soldats ukrainiens qui déplacent des mines antichars à coups de pied : est-ce possible ?

Loading...
01 avr. 2022 à 13:27Temps de lecture2 min
Par Marie-Laure Mathot

Ce sont des images qui font froid dans le dos à première vue : des soldats ukrainiens en train de déplacer des mines antichars à coups de pied pour les mettre au bord de la route. "Oui, les militaires ukrainiens donnent des coups de pied dans des mines antichars.
C’est ce qu’on appelle le curling ukrainien sur l’autoroute de Varsovie près de Kiev
", commente avec humour noir l’auteur du tweet qui accompagne la vidéo de 19 secondes. Mais est-ce possible ?

D’où viennent ces images ?

Pour le savoir, premier réflexe : aller voir qui est l’auteur du tweet. Il s’agit d’Illia Ponomarenko. Son profil est vérifié grâce au petit macaron bleu qui suit son nom. Il se présente comme "Journaliste spécialisé dans la défense pour The Kyiv Independent". C’est bien le cas comme on peut le voir sur le site web de la publication. Il est également repris sur des sites de référence comme le Guardian.

Quant au Kyiv Independant, il s’agit d’une des seules publications ukrainiennes qui relatent l’actualité de la guerre en anglais. Il y a moins d’un mois, Le Monde publiait un article en décrivant le média comme "la voix de la résistance". "Depuis la guerre, il bénéficie d’une large audience et d’un soutien financier international", précise le journal français.

La source de ces images est donc fiable.

S’agit-il de mines antichars ?

Si l’auteur s’amuse en comparant ces objets à des pierres de curling, il l’affirme : il s’agit de mines antichars. Les commentaires ne disent pas l’inverse. Certains analysent : "C’est du TNT. S’il n’y a pas de fusible, on peut le manipuler en toute sécurité." Un autre : "Ils sont généralement faits de TNT. Ça n’explose pas facilement. Vous pouvez le laisser tomber, vous pouvez même le tirer avec un pistolet, c’est sans danger. Il n’explose qu’avec un détonateur à grande vitesse. Le TNT a été inventé en 1863 et a été utilisé comme colorant jaune pendant des décennies, car personne n’avait remarqué qu’il pouvait exploser."

Wikipédia confirme que ces mines antichars ne sont déclenchées que par des tanks. Les mines antichars modernes "comportent des combinaisons de détonateurs à pression ou à activation magnétique afin de garantir qu’ils ne sont déclenchés que par des véhicules", peut-on lire sur l’encyclopédie collaborative.

Est-ce dangereux ?

Pour en avoir le cœur net, nous avons passé un coup de fil au directeur du GRIP, le Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité. Après avoir visualisé les images, Yannick Quéau nous le confirme : "C’est bien une mine antichar. Il est possible de les manipuler avec prudence même quand elles sont activées en fonction du modèle. Dans ce cas-ci, il est possible de la pousser sur le côté car c’est l’ergot qui est dessus et qui dépasse qui doit être activé. Il se peut aussi qu’elle soit déployée et pas activée."

De là à dire qu’il n’y a aucun risque ? "C’est moyennement dangereux", conclut-il.

Articles recommandés pour vous