RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du classique

Des temples indiens qui "chantent" grâce à une architecture complexe

23 mai 2022 à 13:13Temps de lecture2 min
Par Paula Floch

Dans le temple Vijaya Vittala de Hampi, dans le sud de l’Inde, 56 piliers de 3,6 mètres de haut chacun produisent de délicates notes de musique lorsqu’on les frappe doucement. Les touristes se rendent depuis des années sur ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO pour écouter la musique envoûtante de ce temple vieux de plus de 500 ans.

Les piliers, nommés SaReGaMa, portent le nom des quatre premières notes de la gamme classique indienne, similaire au Do Re Mi Fa occidental.

Ils se trouvent dans le "Ranga Mantapa" du temple, un pavillon ouvert qui était probablement utilisé pour la musique et la danse.

De l’autre côté de la salle, de grands piliers sont entourés de sept piliers plus petits qui "jouent" chacun l’une des sept notes de la gamme indienne. Chaque pilier varie en hauteur et en largeur afin de produire les différentes tonalités. Vijaya Vittala n’est pas le seul temple à présenter ces piliers musicaux. Cette révolution architecturale et sonore a marqué le sud de l’Inde du XIVe au XVIe siècle.

Loading...

Les chercheurs ont supposé que les piliers étaient autrefois tapés, ou parfois soufflés, pour accompagner les chants et les évènements religieux.

Ailleurs, dans le sud de l’Inde, le temple Nellaiappar de Tirunelveli possède une rangée de piliers musicaux disposés de telle sorte que lorsqu’on tape sur un pilier, le son se réverbère sur le pilier voisin, produisant un son de cloche.

Outre ces piliers remarquables, les temples indiens sont connus pour présenter d’autres architectures musicales, comme des escaliers. Au nord-est de Tirunelveli, dans le temple Airavateshwara de Darasuram, un escalier menant au temple est entouré d’une grille métallique. Il s’agit en fait de protéger cet ensemble de dix marches, car lorsque quelqu’un marche dessus, elles "jouent" les sept premières notes de la gamme de la musique classique indienne.

Le temple Airavateshwara de Darasuram
Le temple Airavateshwara de Darasuram © Getty Images

Les marches de ce temple du 12e siècle ont été sectionnées après avoir subi de graves dommages pendant des années, en raison du grand nombre de visiteurs qui les gravissaient pour entendre leur musique. Les piliers de Vijaya Vittala sont aussi protégés d’un cordon afin d’éviter que les instruments de pierre ne soient endommagés.

Ces temples chantants sont dédiés à la divinité Shiva, l’une des principales divinités de l’hindouisme associé à la danse et à la musique.

Sur le même sujet

L’archéologie musicale, redonner vie aux paysages sonores de l’Antiquité grecque

Journal du classique

Epitaphe de Seikilos, une musique du IIe siècle avant notre ère qui reprend vie

Journal du classique

Articles recommandés pour vous