Des toits bruxellois peints en blanc pour les isoler contre la chaleur

La première couche de peinture blanche est posée sur le toit du Palais du Midi.

© Elisa Siderius

02 sept. 2021 à 17:03Temps de lecture1 min
Par Elisa Siderius

Bruxelles compte près de 370 toits publics. La Ville veut les exploiter avec des panneaux solaires, des potagers, des toitures végétales... Ou en les peignant en blanc. La technique est déjà utilisée dans d'autres capitales comme New York. 

A Bruxelles, c'est le toit du Palais du Midi que la Ville a décidé de peindre en blanc. Les ouvriers ont déjà posé la première couche d'une peinture spéciale: elle est composé de coquilles d'huitres et reflète la lumière. Un fameux bénéfice énergétique selon Benoît Hellings, l'échevin du climat.

"D'abord, la chaleur n'abîme pas le toit, donc ça veut dire qu'on doit moins souvent le remplacer. Deuxièmement, il faut moins refroidir la pièce qui se trouve sous le toit. Donc on va consommer moins d'énergie électrique pour refroidir soit par la ventilation, soit par l'air conditionné".
 

Peindre en blanc pour protéger et isoler

Le toit du Palais du Midi abrite un complexe sportif. Pour l'isoler de la chaleur, la peinture blanche semblait la solution la plus adaptée. "Ici on est en plein centre-ville, sur un toit qui est très grand mais qui n'est pas très robuste", explique Benoît Hellings. "Et donc il ne se prêtait pas à des panneaux photovoltaïques ou une toiture verte. Il fallait quelque chose de léger".

La cellule énergie de la Ville a déjà pris quelques mesures, qui semblent plutôt encourageantes. La température sur la surface peinte en blanc est presque deux fois moins élevée que sur l'ancien revêtement en roofing noir.

A gauche, la température sans peinture blanche et à droite, avec.

Si l'expérience du Palais du Midi est concluante, la Ville de Bruxelles espère peindre d'autres toits en blancs. Car avec le réchauffement climatique, les températures risquent d'augmenter. Et ce particulièrement en plein centre ville, où les îlots de chaleur sont très fréquents.

Sur le même sujet

L’isolation en Région bruxelloise, un chantier en bonne voie mais de longue haleine

Articles recommandés pour vous