RTBFPasser au contenu
Rechercher

Faky

Des travailleurs de Shein n’envoient pas des messages d’appels à l’aide sur les étiquettes des vêtements

Une femme avec un sac Shein après être entrée dans le premier magasin physique de SHEIN à Madrid, le 2 juin 2022, à Madrid, en Espagne.
21 juin 2022 à 04:30Temps de lecture5 min
Par Grégoire Ryckmans

Selon plusieurs publications diffusées sur les réseaux sociaux, les employés de la marque de prêt-à-porter chinoise Shein envoient des cris de détresse sur leurs conditions de travail par le biais de messages cachés sur les étiquettes des vêtements. Cependant, il n’y a aucun élément qui prouve que cela soit réellement le cas.

Des internautes actifs sur Facebook, Twitter ou TiKTok ont aperçu des publications indiquant que des personnes qui avaient acheté des vêtements de la marque de "fast fashion" chinoise Shein ont retrouvé des messages de travailleurs pour alerter sur leurs conditions de travail.

Un post, publié en espagnol sur Facebook le 5 juin dernier, a été partagé plus de 185.000 fois. Dans celui-ci, son auteur appelle à une prise de conscience sur les conditions de travail dans les centres de fabrication des vêtements de la marque Shein : "Au bout du compte, il y a toujours quelqu’un qui paie le prix de ce qui est bon marché", peut-on lire.

Sur les photos publiées avec le texte, on voit des employés de Shein et des vêtements de la marque avec des étiquettes sur lesquels sont écrites les phrases en anglais : "J’ai besoin de votre aide" (NEED YOUR HELP) ou "J’ai mal aux dents" (I HAVE DENTAL PAIN).

Une vidéo reprenant des images d’étiquettes de vêtements reprenant le texte "NEED YOUR HELP" a fait plus de 3,4 millions de vues et plus de 150.000 commentaires sur TikTok.

Ce type de publications, a été partagé dans plusieurs langues comme l’anglais mais elles ont été aussi diffusées en français.

Des vidéos en français sur TikTok

Des TikTokeurs francophones affirment avoir également retrouvé les mots "NEED YOUR HELP" (BESOIN DE VOTRE AIDE) inscrits sur les étiquettes de certains de leurs vêtements, achetés auprès de la marque de "fast fashion" chinoise.

D’après ces internautes, il s’agirait de messages dissimulés volontairement par les employés pour appeler au secours et alerter les clients sur les méthodes de fabrication des habits.

Une publication, vue plus de 350.000 fois, reprend le message présent sur l’étiquette d’un vêtement Shein et appelle à l’arrêt des achats auprès de la marque : "Plus jamais une commande sur ce site". Ou, en commentaire : "N’achetez plus chez Shein svp".

Capture d’écran TikTok

Une mauvaise traduction à la base

En effet, il apparaît que sur des photos de plusieurs étiquettes de vêtements présentés comme ayant été achetés en ligne chez Shein, les mots "NEED YOUR HELP" reviennent.

Mais ces mots apparaissent à chaque fois dans un contexte, celui d’instructions pour le nettoyage des habits. En anglais, le message complet indique : "Tumble dry, do not dry clean. Due to the water saving technology, need your help washing with the soft detergent at the first time to make the goods softer." soit, en français : "Séchage en tambour, pas de nettoyage à sec. En raison de la technologie d’économie d’eau, nous avons besoin de votre aide pour laver les articles avec un détergent doux la première fois afin de les rendre plus doux."

Il apparaît dès lors clairement que la phrase "need your help" n’est pas un appel à l’aide mais qu’il s’agit d’instructions de lavage maladroitement formulées pour inviter les consommateurs à utiliser un détergent doux la première fois qu’ils lavent leur vêtement afin de le rendre plus doux.

Certains internautes ont affirmé que la phrase "need your help" pouvait également être un message caché. Aucun élément ne permet de confirmer cette explication, surtout si l’on considère que la phrase apparaît dans le cadre d’une phrase plus longue qui a un sens différent.

Par ailleurs, nos confrères du site de fact checking anglophone Snopes, ont également enquêté concernant les autres "messages" et publications liées à l’étiquette reprise dans la publication francophone. Il y a, parmi ceux-ci, notamment l’utilisation d’images d’archives dont le contexte n’a rien à voir avec Shein, comme le rappellent nos confrères de Knack.

Les différentes photos publiées ont toutes des origines différentes et seules deux étiquettes sont réellement liées à Shein. Concernant ces deux clichés, rien ne permet d’affirmer que ces deux photos d’étiquettes soient des cris de détresse cachés des travailleurs.

Des rapports qui dénoncent le "modèle" Shein

Shein a publié une vidéo sur son compte officiel TikTok pour démentir les affirmations selon lesquelles l'"appel à l’aide" et les autres images virales étaient liés à sa marque : "Shein prend les questions de chaîne d’approvisionnement au sérieux", peut-on lire dans la déclaration. "Notre code de conduite strict comprend des politiques contre le travail des enfants et le travail forcé et nous ne tolérons pas le non-respect de ces règles."

Capture d’écran TikTok

Cependant, la marque Shein, dont la plateforme en ligne est le site de mode le plus populaire au monde et le troisième en Belgique, a fait l’objet de plusieurs enquêtes et reportages autour de son modèle centré sur la "fast fashion", la "mode rapide". C’est notamment le cas du quotidien français Le monde qui a largement investigué en Chine sur le modèle de Shein.

Parmi les éléments pointés, il y a notamment la qualité des vêtements proposés. L'équipe du "Scan" (RTBF) a, par exemple, analysé en détail une robe de mariée vendue à 43 euros par la société chinoise. La qualité de celle-ci a été jugée comme étant "loin des standards de base."

L’aspect environnemental de ce phénomène a aussi fait l’objet d’une autre enquête de la RTBF. Il y est expliqué comment la "fast fashion", incarnée notamment pas Shein, a un impact important sur le réchauffement climatique et pousse à la surconsommation.

Des accusations de copies contre Shein ont également mené à des actions en justice, notamment par le concurrent "Zara" mais aussi par "Levi’s", "Ralph Lauren" ou "Doc Martens". Celles-ci ont été relayées dans la presse internationale, comme dans cet article du Guardian (en anglais) publié en avril 2022.

En ce qui concerne les conditions de travail des ouvriers de Shein, un rapport de l’ONG suisse "Public Eye" a mis en évidence que certains de ces travailleurs basés à Guangzhou en Chine, travaillaient jusqu’à 75 heures par semaine, qu’ils ne bénéficiaient que d’un seul jour de repos sur le mois et qu’ils étaient payés à la pièce.

Les conclusions de ce rapport, ont été publiées par des médias comme la BBC. La RTBF s’en est également fait écho. Lors du tournage du "Scan" consacré à la marque, elle a tenté de joindre Shein afin de leur donner la parole. Ils n’ont pas donné suite à la sollicitation. Par la suite l'équipe du Scan a appris que la marque refusait toute demande de tournage.

Des publications trompeuses

Aucune des photos publiées sur les réseaux sociaux et présentées comme des "cris d’alarme" des travailleurs de Shein n’a pu être authentifiée comme étant un "appel à l’aide" envoyé par les travailleurs de la société chinoise. Il s’agit d’une interprétation d’une mauvaise traduction mais aussi d’images d’archives réutilisées et décontextualisées.

Bien que des rapports et des enquêtes mettent en garde sur certaines pratiques de Shein, notamment sur les conditions de travail de ses ouvriers, ces publications sont trompeuses.

Loading...

Le "Scan" consacré à Shein – Archives JT du 16 juin 2022

Shein à la loupe

Le Scan

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Malgré l’inflation galopante, le prix des vêtements et des chaussures résiste

Belgique

Non, il n’est toujours pas avéré que l’hydroxychloroquine est un traitement efficace contre le coronavirus

Faky

Articles recommandés pour vous