Le Belge et la récup

Des « Wollekes » pour oublier les chaufferettes et réchauffer les clients en terrasse à Bruxelles

© BX1

À terme, les chaufferettes qui arborent les terrasses en période hivernale devraient peu à peu disparaître. Parce que, fonctionnant au gaz ou à l’électricité, elles sont jugées peu écologiques. Plusieurs villes en Belgique ont déjà décidé de les interdire. Mais avec la crise énergétique, elles sont tout simplement devenues impayables pour certains restaurateurs.

C’est pourquoi la Ville de Bruxelles a tout simplement décidé de lancer une opération pilote pour tester une alternative à ces chaufferettes. Son nom : les " wollekes " ! Imaginés à La Cambre et fabriqués à L’ouvroir, une entreprise de travail adapté, ces wollekes sont en fait des sacs-couvertures 100% récup.

Les couvertures proviennent de la récolte des Petits Riens ou d’autres acteurs de l’économie sociale. La Stib a également participé en fournissant des polaires. Le sac, lui, est fait d’anciens vêtements de travail de la Ville de Bruxelles. " Il y a des salopettes et des bleus de travail qui avaient l’ancien logo de la ville. Donc, ils n’étaient plus utilisables ", précise Noémie Breeus, monitrice responsable de production à L’Ouvroir, au micro de Bx1. " Pour éviter qu’ils ne partent à la benne, on les récupère et on les réutilise pour faire la face avant du sac. "

En tout, ce sont 600 wollekes qui seront distribués à des cafés, restaurants et hôtels avec terrasse par la Ville de Bruxelles durant le mois de novembre. Ils pourront en mettre une vingtaine à disposition de leur clientèle. Ce test permettra d’évaluer la pertinence du projet et son intérêt chez les clients et acteurs de l’Horeca.

>> Retrouvez le reportage complet de Bx1 : " Une alternative aux chaufferettes avant d’éventuellement les interdire "

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous