RTBFPasser au contenu
Rechercher

Régions Brabant wallon

Descendre la Dyle en kayak pour se rendre compte à quel point elle est polluée : des tonnes de déchets retirées de l’eau chaque année

La Dyle n’est pas un cours d’eau navigable, une dérogation a été octroyée pour cette action de sensibilisation.

Les communes de Genappe, Court-Saint-Etienne, Ottignies-Louvain-la-Neuve et Wavre organisent une descente de la Dyle en kayak ce week-end, au départ de Court-Saint-Etienne. 400 personnes sont inscrites. Certains participants ont choisi le parcours de six kilomètres jusqu’à Limelette. Les plus aguerris continueront jusqu’à Wavre, soit 12 kilomètres.

Il ne s’agit pas d’une nouvelle forme de tourisme en Brabant wallon, mais d’une opération de sensibilisation à la protection des rivières, dans le cadre des Journées wallonnes de l’Eau.

"Je pense que c’est une bonne manière de sensibiliser les gens qui habitent au bord de la Dyle, de voir comment elle est polluée, explique un participant. Le kayak va aussi amener une certaine visibilité. Les gens vont se poser des questions. C’est une bonne manière de voir que c’est un cours d’eau qui est important, avec une faune et une biodiversité. On doit tous faire l’effort de le préserver au maximum."

Descente de la Dyle en kayak

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’histoire de l’homme au fond de la Dyle

La Dyle est pleine de surprises pour qui se donne la peine de l’observer. Une descente en kayak permet de découvrir certains endroits charmants et bucoliques. Mais ce qui apparaît aussi de manière flagrante, c’est la pollution. De nombreux déchets dorment au fond de l’eau et les inondations de l’été dernier ont fait remonter beaucoup de crasses sur les berges et dans la végétation.

La crue de la Dyle l’été dernier a fait remonter de nombreux déchets dans la végétation et sur les berges.
La crue de la Dyle l’été dernier a fait remonter de nombreux déchets dans la végétation et sur les berges. Contrat de Rivière Dyle-Gette

Régulièrement, des associations organisent des opérations de nettoyage. En 2019 et 2020, trente tonnes de déchets divers ont ainsi été récoltées sur une petite portion d’à peine trois kilomètres. En 2021, 45 tonnes supplémentaires ont été ramassées sur quinze kilomètres dans tout le bassin.

"On trouve de tout, principalement des sacs en plastique et des lingettes, explique Cathy Delcorps, du Contrat de Rivière Dyle-Gette qui coordonne ce week-end de sensibilisation. Il y a aussi de la ferraille, des bouteilles, des vêtements, des téléphones, des bâches agricoles et de l’électroménager. C’est l’histoire de l’homme qui est au fond de la Dyle."

La pollution provient aussi des rejets qui arrivent directement dans la rivière sans passer par les égouts.

Impressionnés par ce qu’ils ont vu, certains kayakistes ont promis de revenir l’an prochain pour participer au nettoyage de la rivière.

Articles recommandés pour vous