RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Namur

Deux cyclistes perdent la vie dans le Namurois, la communauté des deux-roues se mobilise

Photo prétexte

Elle s’appelait Sarah et elle était à la tête de deux écoles namuroises. Il y a une dizaine de jours, cette cycliste de 41 ans a perdu la vie, après avoir été renversée par une voiture, à Suarlée. Deux jours plus tôt, à Anhée, Jacques, un autre cycliste a lui aussi succombé à ses blessures, dans des circonstances similaires. Les cyclistes veulent interpeller les autorités wallonnes sur l’insécurité dont ils sont victimes.

Un rassemblement ce vendredi à Namur

Ce vendredi, un rassemblement de cyclistes est prévu à Namur. Ils se donnent rendez-vous à 17 heures devant le cabinet du ministre Philippe Henry, en charge de la mobilité. Leur objectif est de dénoncer l’insécurité grandissante sur les routes. Au cours du mois de juin, trois cyclistes sont décédés en Wallonie, dont deux en province de Namur.

Des statistiques inquiétantes

A l’échelle nationale, le baromètre de la sécurité routière, publié par l’institut VIAS, comptabilise trois cyclistes tués en Wallonie au premier trimestre 2022. Durant cette période, le nombre d’accidents à l’origine de blessures corporelles sur des cyclistes a augmenté de 22 pourcents, par rapport à la même période en 2021.

BrankoPhoto-Getty images

Les chiffres du deuxième trimestre ne sont pas encore parus, mais rien qu’avec les deux décès namurois, on arrive à minimum cinq tués en Wallonie depuis le début de l’année : "En moyenne, une dizaine de cyclistes décèdent, chaque année, sur les routes wallonnes", précise le porte-parole du Gracq, une organisation qui milite pour l’usage du vélo. "En 2019, on était monté beaucoup plus haut. C’était retombé avec le confinement mais on s’aperçoit que les chiffres repartent à la hausse", regrette Luc Goffinet.

Le Gracq réclame désormais un baromètre régional permettant d’identifier les circonstances exactes de ces accidents : "On attend cette analyse de l’agence wallonne pour la sécurité routière, depuis de nombreuses années. On espère l’avoir un jour", conclut le porte-parole du Gracq.

Sur le même sujet

Absences de feux, GSM au guidon, état d'ivresse: chaque jour, 34 cyclistes en moyenne sont verbalisés

Belgique

Namur : un plan de mobilité toujours plus au service des cyclistes et des piétons

Regions

Articles recommandés pour vous