Icône représentant un article video.

Anderlecht

Deux fois mené par OHL, Anderlecht arrache le partage au forceps et met fin à l’hémorragie

03 sept. 2022 à 23:00 - mise à jour 04 sept. 2022 à 14:19Temps de lecture9 min
Par Antoine Hick

Que diront les fans d’Anderlecht après un tel match ? Difficile à dire. Deux fois menés par OHL, les Bruxellois ont gratté un partage (2-2) au forceps et dans la douleur, mettant fin à leur série de trois défaites consécutives toutes compétitions confondues.

Et si ce point du partage, arraché grâce au jeune Duranville et à l’inévitable Fabio Silva, permet aux Mauves de sortir la tête de l’eau, on regrettera sans doute cette sempiternelle naïveté en défense qui coûte deux buts… et deux points précieux. Globalement, la prestation de ce dimanche n’est pas suffisante. Pas suffisante en tout cas quand on s’appelle Anderlecht et qu’on vise les P01.


Epidémie de douleurs gastriques oblige, Felice Mazzu est contraint de changer son onze de base : Esposito, Ait El-Hadj, Sadiki sont titulaires, Verschaeren, Amuzu et Arnstad absents.

Début de match haletant entre deux équipes joueuses. Al Tamari force Van Crombrugge à la détente avant que Esposito ne se rappelle au bon souvenir de son pied droit en sollicitant Cojocaru d’une frappe vicieuse.

Et alors qu’on pense les Mauves embarqués vers un bon match, ils se font crucifier dans la foulée. Presque trop facilement, sans opposer la moindre révolte. Al-Tamari, pas attaqué côté droit, trouve Thorsteinsson d’un magnifique ballon lobé. L’Islandais contrôle de la poitrine puis canarde Van Crombrugge d’une volée surpuissante. Douche froide au Lotto Park après ce but trois étoiles.

Un goal qui coupe les jambes de Bruxellois subitement moins fringants. Comme si ce premier contrecoup sur la cafetière était déjà de trop pour l’escouade remaniée de Mazzu. Refaelov éteint, Ait El-Hadj, revanchard au possible, est le seul à essayer de créer quelque chose. Mais les quinze premières minutes flamboyantes avant le but semblent déjà bien loin. Rideau après 45 minutes frustrantes pour le supporter bruxellois.

Un Duranville mais des agneaux en défense

La pause ne change rien au scénario d’un match qui échappe à Anderlecht. Les Mauves sont plus volontaires, plus incisifs mais diablement maladroits à la réalisation. Illustration d’un Sporting qui tire la langue, Fabio Silva, sevré de ballons et averti pour une semelle. Même la montée au jeu, évidemment applaudie par les travées, du messie Jan Vertonghen ne change rien.

Anderlecht veut renverser la vapeur mais n’y parvient pas. En face, OHL se contente de défendre. Le hold-up se dessine, aucune raison de se ruer dans les brancards.

La situation n’évolue pas… jusqu’au moment où le prodige Duranville sort de sa boîte. Tout juste monté au jeu, le jeune bruxellois décoche une frappe splendide, emplie de toucher, qui fait mouche et crucifie Cojocaru. 1-1, tout est relancé !

Comme souvent, l’euphorie bruxelloise n’est que passagère. Peut-être trop présomptueux, Anderlecht oublie de défendre et laisse un boulevard au redoutable Al-Tamari qui ne laisse évidemment aucune chance à Van Crombrugge. 1-2, on passe du (sou)rire aux larmes chez les Mauves.

Heureusement pour les troupes de Felice Mazzu, un homme, sans doute intrinsèquement trop fort pour la Pro League, rôde dans la surface. Fabio Silva, en difficulté depuis quelques matches, sort de sa torpeur et reprend un ballon qui traîne pour égaliser en toute fin de match. Au forceps, sans forcément briller, Anderlecht arrache le point du partage. Au vu du scénario du match, on s’en contentera probablement à Saint-Guidon.

Deux fois mené par OHL, Anderlecht arrache le partage au forceps et met fin à l’hémorragie
Anderlecht face à OHL en Pro League.
Felice Mazzu, entraîneur d’Anderlecht.
Loading...

Sur le même sujet

Jan Vertonghen dans le onze d’Anderlecht ? Mais à la place de qui ? Les consultants de la Tribune répondent

Emission La Tribune

Jan Vertonghen débarque à Anderlecht : "C’est tout simplement la bonne étape dans ma carrière"

Anderlecht

Articles recommandés pour vous