Deux mois après les révoltes, Cuba en quête d'un dialogue national

Une femme marche le long d'un mur peint du drapeau cubain à la Havane, le 12 janvier 2021

© YAMIL LAGE

14 sept. 2021 à 08:17Temps de lecture1 min
Par AFP

Etudiants, journalistes ou agriculteurs: depuis les manifestations historiques du 11 juillet à Cuba, différents secteurs de la société ont été invités à des réunions avec le président Miguel Diaz-Canel, une ébauche de dialogue national qui n'inclut toutefois pas les voix les plus critiques.

Parfois diffusées à la télévision mais fermées aux médias étrangers, ces rencontres au palais de la Révolution, durent généralement plusieurs heures.

On y voit des scientifiques, des religieux, des artistes ou encore des patrons d'entreprises d'Etat, toujours selon le même format: plusieurs d'entre eux prennent la parole, à tour de rôle, pour exprimer ce qu'ils ressentent. Face à eux, le président communiste écoute plus qu'il ne parle... même face aux reproches.


Lors des manifestations anti-gouvernement du 11 juillet - inédites depuis la révolution de 1959 -, "les médias cubains n'ont pas couvert ce qui s'est passé dans la rue", a ainsi déploré la journaliste Cristina Escobar, de la télévision d'Etat. Ce sont "les autres" qui l'ont fait.

Fracture du pacte social

Deux mois après les révoltes, le gouvernement continue d'accuser Washington d'avoir agi en coulisses. Mais il fait aussi un début de mea culpa: selon le président, il faut "faire une analyse objective" et il faut "qu'il y ait des critiques".

Depuis son indépendance en 1902, l'île a presque toujours les yeux rivés vers son voisin du nord... qui aime aussi mettre son grain de sel.

Cette fois, "c'est un problème des Cubains et il doit être résolu par nous, sans ingérence extérieure", affirme à l'AFP l'historienne Ivette Garcia.

 

Sur le même sujet: JT 16/04/2021

Cuba : fin de six décennies de règne de la fratrie Castro

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

A Cuba, le meneur de la manifestation de l'opposition Guillermo Farinas menacé d'arrestation

Monde

Cuba "prêt à défendre la révolution" face la manifestation prévue par l'opposition

Monde