RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

Deux nouveaux centres d’accueil pour réfugiés ukrainiens à Molenbeek et Saint-Gilles

Le système d’orientation pour l’accueil des réfugiés ukrainiens en Région de Bruxelles-Capitale a été repensé pour être plus lisible, fiable et inclusif, et deux nouveaux centres d’accueil s’apprêtent à ouvrir, a indiqué vendredi Bruss’Help, coordinateur régional de l’aide.

Ce processus d’orientation, qui entrera en vigueur le 15 août, impliquera à la fois les pouvoirs publics et la communauté ukrainienne.

Une solution pour les réfugiés ukrainiens sans logement

Depuis le début de la crise ukrainienne, les autorités, gouvernement fédéral en tête, ont beaucoup compté sur l’hébergement citoyen. "Après six mois de crise, l’hébergement citoyen est en train de se fatiguer", explique François Bertrand, directeur de Bruss’Help. "Il y a quand même toute une série de situations de rupture chez les personnes les plus fragilisées qui sont constatées", ajoute François Bertrand.

Le but du nouveau dispositif bruxellois est de prévenir et d’intervenir face aux risques de décrochage des bénéficiaires de la protection temporaire, le statut accordé aux réfugiés ukrainiens. Il s’agit de trouver une solution d’hébergement pour les bénéficiaires de ce statut qui seraient sans logement. L’idée, c’est, "quand tout a été vérifié, que les droits au CPAS sont bien restés ouverts, que la commune a bien vérifié qu’il n’y avait pas de solution alternative, de pouvoir accueillir ces personnes pour qu’elles aient un toit", explique François Bertrand, le directeur de Bruss’Help.

Déjà trois centres d’hébergement de ce type à Bruxelles

Un premier centre d’accueil a été ouvert il y a quelques semaines à Ixelles dans un hôtel. A présent, ce sont deux centres supplémentaires qui sont mis à disposition aux alentours du 15 août. "Pour les deux centres qui ouvrent cette semaine, on a un premier centre pour 58 personnes qui est particulièrement adapté pour les grandes familles (ndlr : le centre d’hébergement collectif Sun Rise, un Apart Hotel, à Molenbeek-Saint-Jean)", explique François Bertrand, de Bruss’Help. "Un deuxième centre à Saint-Gilles sera vraiment opérationnel mardi prochain pour 50 personnes (ndlr : le centre de l’Esplanade à Saint-Gilles)", précise François Bertrand.

Dans ces centres, les réfugiés "louent" un logement privé, par exemple une chambre d’hôtel, et ont à disposition des espaces communs, par exemple une cuisine. "Ce n’est pas gratuit", explique François Bertrand, de Bruss’Help. "Les réfugiés ont des droits sociaux ouverts. Donc, ils participent à leur hébergement", poursuit-il. "Pour vous donner une idée, une famille monoparentale, une femme seule avec deux enfants, va payer environ 400 euros par mois pour cet hébergement. Les personnes cuisinent par elles-mêmes à l’intérieur de ces centres. Il ne s’agit pas d’une prise en charge", précise François Bertrand.

Il est déjà prévu que trois autres hôtels ouvrent leurs portes dans les semaines qui viennent. "Fin novembre, ce sera près de 3400 places qui seront activées sur l’ensemble de la Région (bruxelloise)", explique François Bertrand, de Bruss’Help. L’objectif est de couvrir la quasi-totalité des 19 communes bruxelloises.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : les familles d’accueil se disent satisfaites d’accueillir des réfugiés ukrainiens

Guerre en Ukraine

Падаючі тимчасові огородження | Protections temporaires en baisse

Ukraine - Україна

Articles recommandés pour vous