RTBFPasser au contenu

Societe

Deux prix prestigieux pour la recherche sur les formes génétiques de diabète et sur le cancer

Deux prix prestigieux pour la recherche sur les formes génétiques de diabète et sur le cancer
01 déc. 2020 à 09:302 min
Par Johanne Montay

Tout le monde connaît le prix Nobel de médecine. Le grand public connaît moins le Prix Baillet Latour. Il s’agit d’un prix international prestigieux décerné en Belgique depuis 1979.

Aujourd’hui ce prix est double : 250.000 euros récompensent une thématique de santé. Cette année, il s’agit des maladies "métaboliques" : ce terme générique englobe toutes les maladies (comme le diabète, l'hypertension artérielle ou l'obésité) qui perturbent l'activité dite "métabolique" normale de transformation des sucres, des graisses et des protéines en énergie et d'élimination des déchets.  

Un deuxième prix de 150.000 euros pendant 3 ans (avec prolongation possible de 2 ans, donc potentiellement 750.000 euros) récompense un ou une chercheuse dans une université ou un hôpital universitaire est octroyé à un ou une jeune chef de groupe pour financer un projet de recherches sur la thématique de l’année.

Et les gagnants sont…

Le professeur britannique Andrew Hattersley reçoit le Prix de la Santé 2020 : il a dirigé la plupart des études qui ont permis de caractériser le diabète et les symptômes cliniques des patients atteints d’une forme génétique de diabète. Avec son équipe, il a établi à Exeter un laboratoire de génétique reconnu comme le leader mondial pour le diagnostic et la recherche sur le diabète monogénique. Ils ont décrit 24 nouvelles causes génétiques du diabète. Grâce à ses recherches, il a pu démonter que ces patients pouvaient remplacer leurs injections d’insuline par des comprimés (de sulfonyruée) et améliorer le contrôleur de leur glycémie. Tous les patients dans le monde diagnostiqués avant 6 mois ont également reçu des tests génétiques gratuits.

L'alimentation et le cancer

C’est la professeure Sarah-Maria Fendt qui reçoit le "Grant for medical research 2020" pour ses recherches sur la formation des métastases cancéreuses. Elle est depuis 2013 chercheuse principale au VIB Center for Cancer Biology et professeure assistante d’oncologie à la KU Leuven. Le laboratoire de Sarah s’intéresse spécifiquement à la compréhension du métabolisme du cancer pendant la formation des métastases ainsi que pendant la physiologie modifiée du corps entier. Ses recherches ont découvert que les cellules cancéreuses métastasiques avaient besoin de petites molécules spécifiques appelées métabolites, et qu’il était possible de prévenir la formation de métastases en inhibant l’utilisation de ces métabolites. Le prix Baillet Latour va lui permettre d’étendre ses recherches aux métabolites présents dans l’alimentation et d’étudier la manière dont les graisses et d’autres nutriments favorisent la formation de métastases.

Articles recommandés pour vous