RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Devenir un « vieux con » et penser que c'était mieux avant ? C'est votre cerveau qui vous joue des tours !

31 mars 2022 à 13:00Temps de lecture3 min
Par Sophie Businaro

Quand vous réfléchissez au passé, il vous arrive peut-être de vous dire que c’était mieux "avant", que le monde était plus beau, qu’il tournait plus rond, quitte à passer pour un vieux grincheux. Hé bien rassurez-vous, c’est assez normal d’avoir ce type de pensées… Même si elles ne reflètent pas toujours la réalité. Le point avec Nicolas Evrard, journaliste pour "Plus Magazine" et chroniqueur dans "La Grande Forme."

Pour expliquer le concept, Nicolas Evrard, journaliste pour "Plus magazine", nous demande de faire appel à notre mémoire : "Rappelez-vous, quand vous étiez ado ou jeune adulte... Suivant votre âge, vous aviez peut-être un veston à épaulettes dans les années 80 ou un pantalon pat d’eph’ bien moulant dans les années 70. À cette époque de votre vie, vous avez certainement croisé - à un moment donné - quelqu’un de 50, 60 ans, qui vous a fait tout un laïus pour vous dire que du temps de sa jeunesse, on savait rire, on était plus heureux, on avait des valeurs, du respect et on écoutait pas de la musique de sauvage comme vous. Bref, il vous expliquait que c’était mieux avant. De votre côté, vous rangiez cette brave personne dans la catégorie de ce que Brassens appelait poétiquement "les vieux cons" et vous vous juriez que vous ne deviendriez jamais comme ça..."

Mais ça, c’était en théorie…

Et oui, parce qu’avec les années qui passent, il arrive toujours bien un moment où on se dit que, oui, quand même, c’était peut-être mieux avant. Pas sur tout, mais globalement. Et cette pensée, elle est universelle et intemporelle. On la retrouve chez les auteurs de l’antiquité : en vieillissant, l’humain se met généralement à penser que c’était mieux avant. Certains plus que d’autres, mais c’est une tendance générale. Et cette pensée recouvre énormément d’aspects de votre vie. La musique, par exemple, même si vous vous tenez à la page de ce qui sort actuellement, vous allez souvent garder une petite préférence pour ce que vous écoutiez ado ou jeune adulte.

À quoi est-ce dû ?

Pour la musique, c’est simple, c’est parce que c’est lié à des moments importants de la construction de votre identité. C’est la musique qui a accompagné le moment où vos goûts se sont créés, où vous vous êtes construits et ça s’est un peu cristallisé. Mais pour le reste… Hé bien c’est en grande partie parce que notre mémoire, ce n’est pas un disque dur d’ordinateur. Elle ne conserve pas des vidéos du passé, archivées une bonne fois pour toute. Ca ne fonctionne pas pareil. En réalité, la mémoire, c’est un processus dynamique. C’est-à-dire qu’un souvenir, ce n’est pas la réalité, c’est une reconstruction que notre cerveau fait d’une réalité passée. C’est pour ça que deux personnes qui étaient présentes à un même événement peuvent en avoir un souvenir complètement différent.

Notre mémoire a plutôt tendance à se focaliser sur le positif. Alors, ici, on fait abstraction des événements très négatifs et traumatisants (comme un viol ou un décès), mais pour le reste, on se rappelle beaucoup plus facilement, on raconte beaucoup plus facilement des anecdotes du passé rigolotes, des souvenirs heureux ou positifs, que des trucs ennuyeux, neutres ou tristounets. Ce faisant, ces souvenirs positifs sont beaucoup plus frais dans nos mémoires et ils ont tendance à prendre le dessus sur les autres. Si vous ne parlez pas d’un souvenir, vous finissez par l’oublier. Si vous le racontez, vous le faites vivre et plus vous le racontez, plus il devient clinquant, brillant.  Et ça vous donne une image tronquée du passé. Il y a plein de trucs qui n’étaient pas cool avant, qui sont mieux maintenant, mais ce n’est pas ça qui vous vient directement à l’esprit quand vous pensez au passé. Donc il existe un " biais de positivité " dans vos souvenirs. Et plus le temps passe, plus ce biais va devenir grand, souligne Nicolas Evrard.

Devenir un « vieux con » et penser que c'était mieux avant ? C'est votre cerveau qui vous joue des tours !

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

En vieillissant, vous avez un sentiment de finitude qui grandit, vous avez conscience que le temps qu'il vous reste sur Terre diminue. Et cette prise de conscience progressive, elle incite à plutôt se raccrocher à ce qui est positif. Dont vos souvenirs, que vous allez de plus en plus regarder avec des lunettes roses. D’ailleurs, certains souvenirs se colorent petit à petit d’une teinte positive, alors qu’à l’époque, ils n’ont pas nécessairement été bien vécus. Pensez à la cagoule qu’on vous obligeait à porter enfant, ça vous fait rire maintenant, c’est devenu un bon souvenir. Autre exemple, il suffit d’écouter ceux qui ont fait leur service militaire. Dans la réalité, ils étaient tous très content de le terminer, et pourtant, quand vous les écoutez en parler aujourd’hui, ça semblait presque amusant…

C’est donc tout à fait normal, à 60 ans, d’avoir parfois l’impression que "c’était mieux avant" ?

"Tout au plus faut-il avoir conscience que c’est un sentiment avant tout subjectif. Il se base sur une vision tronquée du passé. Je ne dis pas que tout est mieux maintenant, mais penser le contraire c’est évidemment très réducteur" conclut le journaliste de "Plus Magazine".

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

Vie effrénée : faut-il planifier ses relations sexuelles ?

La Grande Forme

Facture d'hôpital : comment éviter de mauvaises surprises ?

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous