RTBFPasser au contenu
Rechercher

Diables Rouges

Divock Origi à l’AC Milan : "C’est un magnifique transfert, Divock est un extra-terrestre !"

Divock Origi, une légende à Liverpool

La Légende d’Anfield est un Rossonero : Divock Origi, enfant adoré de Liverpool, a signé au Milan AC où il espère se relancer après des saisons marquées par un temps de jeu infime, tant chez les Reds que chez Roberto Martinez. La question étant : saura-t-il se débarrasser du costume d’éternel joker ? Et : le foot italien lui conviendra-t-il ?

Divock Origi est un curieux oiseau. Bourré de talent, il n’est pas un modèle de rendement. Même si ses montées au jeu et la qualité de ses goals en ont fait une icône à Liverpool. Ses prêts à Lille et à Wolsburg mis à part, Divock Origi aura passé 6 saisons à Anfield Road, grattant 175 bouts de match… à la moyenne de 39 minutes par pige. Et passant un geste décisif (but ou assist, au total 59) chaque tranche de 117 minutes.

Ce joueur est un extra-terrestre " s’enthousiasme Frédéric Waseige, consultant RTBF sur les Diables Rouges et le foot étranger. " Origi joue peu mais il marque partout et tout le temps… quand il joue. Et pas n’importe quel but : il ne va pas claquer un triplé contre le 17e… mais bien le but décisif à la dernière minute dans un derby ou dans une demi-finale de Champions League ! Ce joueur est hors du temps… et même hors de tout : il joue peu mais il arrive à être désiré partout, à marquer l’Histoire de son club et à être adoré de son coach et des supporters ! Je n’ai jamais vu un joueur jouant aussi peu… mais assurant un tel rendement dans le rectangle et dans le cœur des fans. Il n’a que marqué 22 buts en Premier League en 6 saisons… et pourtant il est une légende ! "

" Divock Origi est comme Eden Hazard : plaisir et coolitude "

En signant le Belge, le Milan AC ose un choix risqué. Ou finalement… pas tant que ça ?

C’est une magnifique décision du club milanais… car elle s’appuie sur une excellente réflexion " reprend Waseige. " Avec Zlatan Ibrahimovic et Olivier Giroud, le Milan a l’expérience des centre-avants… d’un âge avancé. Avec Origi, certes plus jeune (NDLA : 27 ans), il fait le même pari de l’expérience : Divock est sans doute le remplaçant au monde doté du plus grand vécu en matière de matches de haut niveau. C’est le joueur qui maîtrise le mieux le don de lever son cul du banc (sic) et d’aller faire basculer une rencontre. C’est aussi un garçon intelligent et bien élevé, il connaît ses qualités… et c’est une crème dans un vestiaire : tous ses équipiers l’adorent ! C’est un joueur qui place le plaisir de vivre et d’exercer sa passion avant le désir de soigner ses stats et de bouffer les autres. Il est comme Eden Hazard : quand ces joueurs-là entendent la sonnerie d’appel avant les matches, c’est comme s’ils entendaient la cloche de la récré (sic). Ils sont cool : ils placent l’équilibre de vie avant tout le reste. "

Divock Origi
Divock Origi AFP

" Origi n’est peut-être pas assez cynique "

Reste à voir si, après le foot-entertainment de la Premier League, Divock Origi saura ruser et tromper la roublardise des défenseurs du Calcio.

On garde en tête les clichés du Catenaccio, mais la Série A était la saison passée le championnat le plus offensif du Big Five : c’est en Italie qu’on a atteint la plus haute moyenne de buts marqués ! C’est là qu’Origi pourra faire la différence… d’autant qu’en jouant le haut du tableau avec le Milan, chacun de ses buts dans les matches au sommet seront autant de points pris sur la concurrence. Mais c’est vrai que ses longs séjours sur le banc de Liverpool révèlent peut-être un manque d’ambition et cette pointe de cynisme égoïste qu’ont les grands buteurs du type Cristiano Ronaldo. Trop bien élevé, Origi n’est peut-être pas prêt à s’arracher, au mépris des autres, pour tout flinguer sur son passage... "

Divock Origi sous le maillot des Diables : avec Roberto Martinez, ça coince...
Divock Origi sous le maillot des Diables : avec Roberto Martinez, ça coince... BELGA

Origi retrouvera-t-il de la voix à l’ombre de La Scala ? Car sa carrière de Diable Rouge attend aussi d’être relancée : en 32 sélections, le natif d’Ostende n’a marqué que 3 fois pour la Belgique… et tous ses goals datent de 2014, sous Marc Wilmots ! Avec Roberto Martinez, l’histoire reste (très) compliquée : 10 caps, 3 titularisations (Espagne 2016, Saint-Marin 2019, Pays de Galles 2021) et seulement… 13 minutes de temps de jeu moyen en match officiel ! Droit de réponse au Divock milanais…

Articles recommandés pour vous