Regions Hainaut

Dix ans de prison ferme pour avoir pris en otage la directrice de la prison de Jamioulx

Illustration

© Belga - Virginie Lefour

28 sept. 2020 à 16:10 - mise à jour 28 sept. 2020 à 16:10Temps de lecture1 min
Par Belga

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné, ce lundi, Junior F. à dix ans de prison. Le prévenu était poursuivi pour prise d’otage, coups et blessures volontaires et menaces sur la directrice de la prison de Jamioulx. Junior F. était en aveux des faits, expliquant avoir voulu s’évader. Le ministère public avait requis une peine de 25 à 30 ans de prison ferme.

Le 22 décembre dernier, Catherine A., directrice de la prison de Jamioulx, avait été victime d’une prise d’otage par Junior F., 25 ans.

Le jeune homme, récemment condamné à quinze ans de prison ferme pour un violent home-jacking commis à Seneffe, avait confectionné une arme artisanale en glissant des lames de rasoir entre des morceaux de Plexiglas, afin de s’évader. Lors d’un rendez-vous disciplinaire avec la victime, Junior F. s’était jeté sur cette dernière en dégainant son arme. Un agent pénitentiaire était intervenu et avait été grièvement blessé.

Junior F., présent à l’audience du 14 septembre dernier, avait reconnu avoir planifié un projet d’évasion. "À 18 ans, j’ai été condamné à dix ans de prison pour prise d’otage, je n’ai pas mal pris les choses. En 2019, j’ai été condamné à quinze ans, à nouveau pour une prise d’otage. Et là, je n’étais plus dans mon état normal. Je n’avais que 24 ans et je devais purger 25 ans de prison. Je fumais tout le temps du cannabis. Je voulais retrouver la liberté. Je ne voulais pas faire couler le sang. Mais aujourd’hui, j’ai évolué, je veux me réinsérer, je vais faire ma peine et puis j’essaierai de m’en sortir", avait expliqué le détenu.

Le ministère public avait requis une peine de 25 à 30 ans de prison ferme. Pour le substitut Verbrigghe, la requalification des faits en tentative d’assassinat ne devait pas avoir lieu.

La défense avait plaidé la peine la plus adéquate possible pour Junior F., en soulignant son changement d’état d’esprit. "Il a conscience du mal qu’il a causé à ses victimes, à sa famille, il a mûri et il regrette énormément. Il veut tourner le dos à la criminalité".

Articles recommandés pour vous