Double Shot : La Bamba

Double Shot

© ritchie valens

02 juil. 2021 à 12:15Temps de lecture5 min
Par Classic 21

Los Lobos (les loups) ont divinement interprété ce classique en 1987 dans le biopic consacré à la courte vie de Ricardo Valenzuela, mieux connu sous le nom de Ritchie Valens. Ils en firent même un numéro un, tant aux Etats-Unis qu’au Royaume Uni, ainsi que dans une dizaine d’autres pays.

Los Lobos - La Bamba (Original Videoclip)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Mais, comme vous le savez, la première version rock, on la doit à Ritchie Valens qui osa en 1958 mixer les origines mexicaines traditionnelles du morceau à son amour de ce nouveau courant musical qu’était le rock. Il en fit de ce fait le seul morceau chanté dans une autre langue que l’anglais classé dans la célèbre liste des " 500 Greatest Songs of All Time ", le classement prestigieux établi par le magazine Rolling Stone. Les musiciens ayant participé avec Ritchie Valens à l’enregistrement rock’n’roll de la chanson traditionnelle “La Bamba” sont les suivants : Buddy Clark, basse ; Ernie Freeman, piano ; Carol Kaye : guitare rythmique acoustique ; René Hall, guitare Danelectro ; Earl Palmer, batterie et claves ; Ritchie Valens : vocaux et lead guitare. '' La Bamba '' apparaît sur l’album '' Ritchie Valens '', produit par Bob Keane et sorti le 18 octobre 58 sur Del-Fi. Quant au morceau lui-même, il sortit en single… en face B de " Donna " qui succédait à " Come On, Let’s Go ".

The Real Ritchie Valens - La Bamba

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ritchie Valens-Donna

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ritchie Valens - Come On Lets Go [MP4]

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ritchie Valens est passé à la postérité pour 2 raisons : la qualité de ses chansons et sa disparition prématurée à l’âge de 17 ans seulement.

Richard Steven Valenzuela (né le 13 mai 1941 – décédé le 3 février, 1959), était connu professionnellement sous le nom de Ritchie Valens, nom donné par Bob Keane, le patron de Del-Fi Records, qui estimait qu’il y avait déjà trop de 'Richard' dans le rock et que son nom à consonance chicano devait, pour des raisons commerciales, être américanisé pour s’ouvrir à un plus large public. Chanteur, auteur-compositeur et guitariste ultra-doué (il influencera Jimi Hendrix, Chan Romero, Carlos Santana, Chris Montez et l’artiste rockabilly Keith O’Conner Murphy), il fut l’un des pionniers du rock and roll et l’ancêtre du mouvement rock chicano appelé aussi latin rock. Valens décéda dans un accident d’avion 8 mois après ses premiers enregistrements. Le 3 février 1959, connu sous le nom de 'The Day the Music Died', il disparaissait dans l’accident d’avion qui emportait avec lui Buddy Holly et J. P. "The Big Bopper" Richardson, ainsi que le pilote Roger Peterson. C’est l’état pourri du bus de la tournée, en panne de chauffage, qui força Buddy Holly à louer un coucou pour quitter, via l’aéroport de Mason City, Clear Lake dans l’Iowa où ils avaient terminé leur concert vers minuit, pour rejoindre l’étape suivante de la tournée. Valens, qui avait une trouille bleue de l’avion, gagna sa place à pile ou face contre Tommy Allsup, le guitariste accompagnant Buddy Holly alors que Waylon Jennings, le bassiste de Holly, céda sa place volontairement à J.P. Richardson, qui avait la grippe. A minuit 55, le Beecher Bonanza décolla pour Fargo dans le North Dakota et s’écrasa quelques minutes plus tard pour des raisons encore inconnues. Tous périrent lors de l’impact.  La dépouille de Ritchie Valens repose au San Fernando Mission Cemetery, Mission Hill, à Los Angeles, Californie.

Ritchie Valens - La Bamba (Live)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

The Day the Music Died

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Cette tragédie inspira l’hommage musical vibrant et extrêmement émouvant de Don McLean en 1971, " American Pie ", immortalisant à jamais la date du 3 février 1959 en la qualifiant de 'The Day the Music Died'.

Don McLean performs American Pie live at BBC in 1972 - Newsnight archives

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ritchie Valens a sa place au Rock and Roll Hall of Fame depuis 2001 mais il apparaît aussi dans le Latin Grammy Hall of Fame. Quant à " La Bamba ", elle fait, elle aussi, partie de la liste, établie par le Rock and Roll Hall of Fame, qui référence les 500 chansons qui ont été les plus influentes dans la constitution du rock and roll.

La vidéo de la version de " La Bamba " par Los Lobos, qui resta 3 semaines au numéro un lors de l’été 1987, fut dirigée par Sherman Halsey. Elle gagna en 1988 le MTV Video Music Award for Best Video from a Film. On y voyait Lou Diamond Phillips, qui interprétait le rôle de Valens dans le film portant le nom de la chanson.

La Bamba " est aussi connue sous le nom de " El Jarabe Veracruzano ", ce qui signifie " Le Mariage à Veracruz ". Rien qu’aux Etats-Unis il y a déjà plus de 150 versions de " La Bamba ". Lorsque la version de “La Bamba” par Los Lobos atteignit le numéro 1 au Billboard Hot 100 en 1987, Ritchie Valens fut rétroactivement crédité d’avoir composé un “No. 1 single ".

Ritchie Valens - La Bamba

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La Bamba (1987) - Official Trailer

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Si on trouve dans les paroles "Yo no soy marinero, soy capitán", c’est-à-dire " je ne suis pas un marin, je suis le capitaine ", c’est parce que Veracruz est un port. Veracruz, souvent appelée Puerto de Veracruz, est la plus grande ville de l’État de Veracruz au Mexique et est la région d’origine de la chanson folklorique ''La Bamba''.

Ballet Folklórico México Danza - La Bamba (Veracruz)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La chanson est l’exemple classique du genre musical appelé 'son jarocho' qui combine des éléments hispaniques, indigènes et africains. Les paroles de la chanson varient du fait que beaucoup d’interprètes en improvisent tout en chantant. Quelques versions ont survécu grâce à la popularité des groupes qui l’ont interprétée comme les Mariachi Vargas de Tecalitlan et Los Pregoneros de Puerto. Mais peu importent les versions, l’aspect traditionnel du morceau reste intact. Le nom de la danse vient probablement de l’espagnol 'bambolear' qui signifie secouer, agiter, osciller, tanguer, vaciller, chanceler, se dandiner… Finalement tout ce qu’il faut faire en dansant. Le mouvement des pieds dans cette danse s’accélère au fur et à mesure que le rythme s’accélère lui aussi… logique !

Parmi les enregistrements les plus vieux de ''La Bamba'', on retrouve celles d’Alvaro Hernandez Ortiz, crédité sous le nom de El Jarocho sorti sur le label Victor en 1939 et ressorti en 1997 sur la compilation " The Secret Museum of Mankind Vol.4 ", parue chez Yazoo Records.

La Bamba (Original) - Alvaro Hernández Ortiz “El Jarocho” - 1938

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Selon Life magazine, le morceau serait sorti de Veracruz grâce au chef d’orchestre américain Everett Hoagland qui l’amena au night-club Ciro à Mexico City. Le morceau étant devenu populaire, il fut utilisé par le candidat aux présidentielles Miguel Aleman Valdes qui l’utilisa lors de sa campagne (qu’il gagna). En 1945, tant la chanson que la danse furent introduites au Stork Club de New York City par Arthur Murray. Une version populaire d’Andres Huesca avec son frère Victor, sous le nom d’Hermanos Huesca est sortie sur Peerless Records au Mexique vers 1945-1946, le morceau fut réenregistré en 1947 pour RCA Victor. La même année il fut repris par Los Bocheros pour le film ''Fiesta''de la MGM (avec des paroles créditées à Luis Martinez Serrano).

Le chanteur Suédo-américain William Clauson enregistra la chanson en différentes langues dans les 50’s. Une autre version quelque peu censurée fut enregistrée par Cynthia Gooding sur son album de 1953, " Mexican Folk Songs ", sorti sur Elektra. Le morceau fut aussi enregistré pour le marché français en 1956 par Juanita Linda et son groupe d’accompagnement Los Mont-Real.

La Bamba

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

A l’instar de " Misirlou ", morceau folklorique oriental joué lors des mariages, interprété par Dick Dale & the Del-Tones (B.0. de ''Pulp Fiction'' et de ''Taxi''), voici donc un autre morceau 'cérémonial' (même contexte : les mariages) qui est définitivement passé sur les pistes de danses.

D’autres versions non traditionnelles existent, comme celles d’Harry Belafonte, de Trini Lopez, de Los Machucambos, de Jay & the Americans, des Ventures, de The Sandpipers, de Dusty Springfield, de Glen Campbell, de Neil Diamond, d’Antonia Rodriguez, de Perla, des Texans de Los Lonely Boys, de Raymond Van het Groenewoud & Nico Gomez (dans le film " Brussels by Night "), de Charlotte Diamond et surtout de "Weird Al" Yankovic, qui, comme à son habitude, fait une parodie de la chanson. C’est sur son album " Even Worse " qu’on retrouve le morceau aux paroles concernant la cuisine italienne, chantées avec un accent italien approximatif. Sa version, dont l’instrument principal est l’accordéon, porte le titre alléchant de "Lasagna”.

Vers tous les articles et audios Double Shot

Sur le même sujet

Double Shot : Last Nite

Double Shot

Double Shot : Don't Turn Around

Double Shot

Articles recommandés pour vous