Double Shot : The Man Who Sold the World

Double Shot

© david bowie

27 août 2021 à 12:15Temps de lecture7 min
Par Classic 21

Pièce maîtresse du'' MTV Unplugged in New York” (au Sony Music Studio de New York City), “The Man Who Sold the World” remettait Nirvana au sommet de sa gloire, mais hélas à titre posthume. Le morceau avait été enregistré le 18 novembre 1993 lors des désormais célèbres sessions " Unplugged " de MTV, dont celles d’Eric Clapton et de Nirvana entre autres sont devenues mythiques. L’album lui-même ne sortit qu’en 1995 sur le label DGC, produit par Alex Coletti, Scott Litt et Nirvana.

Nirvana - The Man Who Sold The World (MTV Unplugged)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Vous le savez certainement, " The Man Who Sold the World " est un morceau de David Bowie mais l’album du même nom figurait en 45e place des 50 albums préférés de Kurt Cobain. C’est leur batteur de l’époque Chad Channing qui avait fait découvrir l’album à Krist Novoselic et à Kurt. Il en avait acheté une copie de seconde main et l’avait mise sur cassette.

David Bowie - The Man Who Sold The World [2020 Mix] [Official Lyric Video]

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

A l’écoute de celle-ci, Kurt, conquis par la plage titulaire et étonné de découvrir que c’était une composition de Bowie, décida de l’interpréter lors de l’émission MTV Unplugged et plus tard de l’inclure sur leur ''MTV Unplugged in New York'' l’année suivante. La chanson sortit d’ailleurs comme single promotionnel de l’album en 1995. Le groupe avait opté pour d’obscures reprises plutôt que de reprendre leurs plus gros hits en version acoustique. Pour l’occasion, Cobain avait fait passer sa guitare par une fuzz box dirigée par une pédale, ce qui permettait à la guitare de sonner électrique.

Nirvana - The Man Who Sold The World (Live And Loud, Seattle / 1993)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La version de Nirvana fut beaucoup passée sur les stations de rock alternatif et MTV elle-même la mit en heavy rotation, ce qui en fit la 3e vidéo la plus diffusée sur la chaîne le 18 février 1995. Après la prestation au MTV Unplugged et jusqu’à la mort de Kurt Cobain en 94, Nirvana incorpora régulièrement le morceau à son set.

On peut pratiquement affirmer que la reprise de Nirvana transforma l’excellent morceau de David Bowie en un standard. L’interprétation de Cobain donne la chair de poule. Elle est sombre, obsédante, hypnotique et envoûtante. On y retrouve l’intention initiale de Bowie qui en dira : "I was simply blown away when I found that Kurt Cobain liked my work, and have always wanted to talk to him about his reasons for covering 'The Man Who Sold the World'" and that "it was a good straight forward rendition and sounded somehow very honest. It would have been nice to have worked with him, but just talking with him would have been real cool."

David Bowie dira qu’on sentait que la reprise venait du fond du cœur et qu’il ne s’était jamais rendu compte qu’il faisait partie du paysage musical américain. Il connaissait son importance en Europe mais pas aux Etats-Unis. Par contre, il déplorait le fait que, quand il interprétait le morceau lui-même, et qu’il se retrouvait après un concert avec des jeunes et qu’un de ceux-ci lui disait que c’était cool de reprendre un morceau de Nirvana… Il se disait alors en lui-même 'Fuck you, you little tosser !' Qu’on peut traduire par " Vas te faire foutre, petit con ! ".

Et voici ce qu’en disait, à juste titre, le magazine Rolling Stone : "If the mark of a good cover is that people do not even realise it’s a cover, Nirvana certainly did a good job" (Si la caractéristique d’une bonne reprise est que les gens ne se rendent même pas compte que c’est une reprise, alors Nirvana a, à coup sûr, fait du bon boulot ". La chanson prit encore plus de sens lorsque Kurt Cobain décida de quitter ce monde qu’il avait à ses pieds. Lors d’un sondage auprès de ses lecteurs, le magazine vit la version de Nirvana classée au numéro 1 des meilleures reprises live.

Lors d’une soirée pré – Grammy Awards se déroulant le 14 février 2016, les membres survivants de Nirvana, Krist Novoselic, Dave Grohl et Pat Smear firent équipe avec Beck (aux vocaux) pour interpréter “The Man Who Sold the World" en hommage à David Bowie, disparu le mois précédent.

Nirvana ft- Beck The Man who Sold The World Live Pre-Grammy

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

En 2013, une version à la guitare électrique apparut sur l’album vidéo “Live and Loud" de Nirvana (sorti en version digitale et vinyle en 2019). Plus tard cette même année sortira aussi une répétition pour leur prestation au ''MTV Unplugged''. Elle sortira à l’occasion du 25e anniversaire de la sortie de l’album. Le 4 janvier 2020, les membres survivants de Nirvana remirent le couvert avec Beck aux vocaux et St Vincent à la guitare lors d’une soirée caritative pour le "Heaven gala" annuel au profit de The Art of Elysium.

Nirvana with Beck 'The Man Who Sold The World' Live at the Hollywood Palladium 4th Jan 2020

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Revenons-en à la version originale de David Bowie.  “The Man Who Sold the World" est la plage titulaire de son troisième album studio, produit par Tony Visconti, sorti en novembre 1970 aux Etats-Unis et en avril 1971 au Royaume Uni sur Mercury Records. L’album avait été enregistré aux studios Trident et Advision à Londres en mai 1970. Musicalement le morceau est basé autour du riff de guitare de Mick Ronson. Au niveau des paroles, mystérieuses et suggestives, Bowie a été inspiré par divers poèmes comme "Antigonish" de William Hughes Mearns. Quant aux vocaux de Bowie, ils sont tout simplement envoûtants. A sa sortie initiale en 1970, le morceau "The Man Who Sold the World" passa relativement inaperçu. Il ne sortit pas en single et n’apparut qu’en face B lors des ressorties de "Space Oddity" en 73 aux States et sur "Life on Mars ?" au Royaume Uni sur RCA Records.

Le 4 mai 1970, il fut enregistré sous le titre provisoire de “Saviour Machine" et les paroles ne contenaient pas encore le titre définitif. Lorsqu’il se rendit le 22 mai, le jour de mixage final, aux studios Advision pour y enregistrer ses vocaux, il avait l’intention de nommer le morceau "Metrobolist" en hommage au film ''Metropolis'' de Fritz Lang (1927). Arrivé dans la zone de réception des studios, Bowie se mit à écrire les paroles définitives alors que Visconti attendait derrière sa console de mixage.

Dans une interview pour BBC Radio 1, Bowie supposait qu’en écrivant cette chanson il cherchait probablement à découvrir une partie de lui-même… Cette chanson était l’exemple type de comment vous vous sentez quand vous êtes jeune et que vous savez qu’il y a encore une partie de vous-même que vous n’êtes pas encore arrivé à " assembler ". Ça fait partie de cet énorme besoin qu’on a de trouver qui on est, c’est une grande quête. Plus tard il admettra que c’était une suite à "Space Oddity". C’était une chanson plus pour déconcerter que pour expliquer. Cela concernait les anges et les démons qu’on a en soi, la peur de perdre le contrôle, de vendre sa vie privée via sa musique profondément personnelle, la rencontre avec son double d’où " We never lost control "… " Who knows ? Not me ". Tout en s’inspirant partiellement du poème “Antigonish” de William Hughes Mearns, il aborde ses problèmes familiaux, sa personnalité écartelée voire multiple : "As I was going up the stair / I met a man who wasn’t there / He wasn’t there again today / I wish, I wish he’d stay away…" (he)"wasn’t there", Bowie en crise d’identité croit que son “double” "died alone, a long, long time ago." Pas étonnant que Kurt Cobain se soit retrouvé dans ces interrogations existentielles !

David Bowie - Klaus Nomi - Man Who Sold the World

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

David Bowie The Man who sold the World Acustic Live Version

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ce ne fut que lors de la reprise en 1974 par Lulu, chanteuse écossaise connue pour sa reprise de ''Locomotion'' entre autres, que le morceau produit Bowie et Ronson, atteignit le No. 3 des UK Singles Charts et attira l’attention du grand public. David Bowie adorait la voix de Lulu et lui avait promis deux ans auparavant de travailler un jour avec elle. Promesse tenue ! Dans les décennies qui suivirent la chanson fut à nouveau reprise par un musicien écossais, Midge Ure (ex-Slick, ex-Thin Lizzy, ex-Rich Kids, ex-Visage et surtout ex-Ultravox mais aussi co-organisateur avec Bob Geldof du Band Aid, du Live Aid et de Live 8), en 1982 et puis par Nirvana en 93. C’est un peu grâce à ces reprises que le morceau est sorti de l’ombre pour être enfin apprécié à sa juste valeur. Rétrospectivement l’enregistrement original de David Bowie fut reconnu comme l’un de ses meilleurs morceaux.

Lulu - The Man Who Sold The World (1974)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Midge Ure - The Man Who Sold The World (1982)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

The Man Who Sold The World - Nirvana

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La chanson apparaît sur bon nombre de compilations de David Bowie : ''The Best of David Bowie 1969/1974'' (1997), ''Best of Bowie'' (2002), ''Nothing Has Changed'' (2014), ''Legacy'' (2016), ''Five Years'' (1969 – 1973). Des versions live se retrouvent sur ''Bowie at the Beeb'' (2000), ''Glastonbury 2000'' (2018) et ''A Reality Tour'' (2010). On la trouve aussi sur l’EP ''Is It Any Wonder ?'' et sur l’album ''ChangesNowBowie''. Il l’a réenregistrée à de multiples reprises et le morceau était devenu une chanson phare de son répertoire.

V.O. de David Bowie en 1970, reprise par Lulu (1973 n°3 U.K.), par Midge Ure (1982 dans le film “Party, Party”), par Richard Barone (1987) et par Nirvana (1994 sur l’album posthume “Unplugged in New York”). Depuis des dizaines d’artistes, comme EMEL ou The Van Jets, ont repris "The Man Who Sold the World " mais seules quelques-unes ont fait presque aussi bien que l’original.

Musiciens présents sur la version de David Bowie : David Bowie – lead vocaux, guitare acoustique ; Mick Ronson – guitare électrique ; Tony Visconti – basse ; Woody Woodmansey – drums et percussions ; Ralph Mace – synthé Moog ; Ronson et Woodmansey deviendront plus tard des " Spiders from Mars "

Musiciens présents sur la version de Lulu : Lulu – lead vocaux ; David Bowie – saxophone et backing vocaux ; Mick Ronson – guitares ; Trevor Bolder – basse Mike Garson – piano ; Aynsley Dunbar – drums

En face B on trouvait " Watch that Man ", autre morceau de Bowie et plage d’ouverture de l’album " Aladdin Sane ". Le tout fut enregistré au Château d’HérouvilleHérouville en France) durant les " Pin Ups sessions " de Bowie. Le mixage final et les overdubs de sax par Bowie ont eu lieu durant les "Diamond Dogs sessions " aux Olympic Studios de Londres.

Musiciens présents sur la version de Nirvana : Kurt Cobain – vocaux, lead guitare ; Pat Smear – guitare rythmique coustique ; Krist Novoselic – basse acoustique ; Dave Grohl – drums, backing vocaux ; Lori Goldston – cello

David Bowie – The Man Who Sold The World (Live BBC Radio Theatre 2000)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Vers tous les articles et audios Double Shot

Sur le même sujet

Double Shot : Last Nite

Double Shot

Double Shot : Don't Turn Around

Double Shot

Articles recommandés pour vous