La Grande Forme

Douleurs fantômes : d'où viennent-elles et comment les soulager ?

15 mars 2022 à 15:30Temps de lecture3 min
Par Sophie Businaro

Le syndrome du membre fantôme est un phénomène courant à la suite d'une amputation. Il touche 50 à 80% des patients amputés. Mais à quoi est-il dû ? Et comment traiter ces douleurs et accompagner le patient ? Éléments d'information avec le Pr. Anne Berquin, responsable du centre de la douleur chronique aux Cliniques universitaires Saint-Luc et spécialiste en médecine physique et réadaptation.

Le syndrome du membre fantôme consiste en une douleur persistante dans un membre qui n'existe plus étant donné qu'il a été amputé. "Pour son bon fonctionnement, notre cerveau a besoin de recevoir des informations issues de différentes zones de notre corps. Lorsqu'il y a amputation, les informations n'arrivent plus et ce silence radio en provenance de cette partie du corps induit des remaniements au niveau du cerveau qui sont corrélées à la douleur et qui sont probablement la cause de cette douleur", explique le Pr. Anne Berquin, responsable du centre de la douleur chronique aux Cliniques universitaires Saint-Luc et spécialiste en médecine physique et réadaptation.

Avant d'ajouter qu'il y a également certaines zones du cerveau qui sont envahies par des stimuli du membre fantôme qui se concentrent alors sur une autre zone du corps. Par exemple, une personne amputée de la main peut avoir mal au membre fantôme quand on lui effleure la joue car c'est cette zone du cerveau qui est envahie de stimuli.  

En général, ces douleurs sont des douleurs de fond, relativement gérables selon les patients mais elles peuvent également se présenter sous forme de crises intenses à tonalité électrique ou d'étau, qui peuvent durer plusieurs secondes voire quelques minutes. C'est très variable d'une personne à l'autre. Cela peut toucher n'importe quelle personne amputée et ce, pour n'importe quel membre, que ce soit des membres complets ; jambes, bras etc. Que de plus petits membres ; phalanges, doigt, dent, etc.  

Getty images

24 amputations par jour en Belgique

7700 : c’est le nombre total de personnes amputées parmi la population belge.

Chez nous, en 2018, ce sont 24 amputations qui ont été réalisées chaque jour. Des chiffres en légère augmentation d'année en année. 

Les raisons de ces amputations sont les suivantes :

  • Chez les personnes âgées : cela est souvent dû à des troubles de la vascularisation du membre ; diabète, artériosclérose, etc.
  • Chez les sujets jeunes : c'est essentiellement des amputations traumatiques. Suite à un accident par exemple, on ne réussit pas à réparer ou sauver le membre et on doit se résoudre à l'amputer.

"Si le phénomène des douleurs fantômes touchent 50 à 80% des personnes amputées, seuls 5 à 10% gardent des douleurs vraiment durables. De même qu'il faut gérer du mieux possible les douleurs qui précèdent l'amputation car plus on en ressent avant, plus on aura de douleurs fantômes post-amputation" souligne notre spécialiste.

Douleurs fantômes : d'où viennent-elles et comment les soulager ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Prise en charge multimodale

Il existe différents traitements pour soulager la douleur :

  • La réalité augmentée aide à soulager les douleurs du membre fantôme : Une expérience utilisant la réalité augmentée et des jeux vidéo a permis de soulager les douleurs du membre fantôme de 14 patients amputés d'un bras. Les patients, suédois et slovènes, ont notamment été invités à "utiliser" leur membre amputé pour conduire une voiture dans un jeu vidéo de course automobile. A la fin des douze séances de l'expérience, l'intensité de leur douleur avait diminué de 32% et la fréquence de ces douleurs avait baissé de 61% pendant le sommeil et de 43% pendant la veille, selon l'étude. Sur les quatre patients traités par antidouleurs, deux ont par ailleurs nettement réduit les doses de leur traitement. Les améliorations persistaient six mois après la fin de l'expérience. 
  • La thérapie par le miroir : née dans les années 1990, ce traitement a montré une certaine efficacité. Cela consiste à bouger le membre restant tout en regardant dans une glace, de façon à faire croire au cerveau qu'il s'agit d'un mouvement du membre amputé. En version plus moderne, on peut également évoquer la réalité virtuelle qui, dans certains cas, s'avère très utile
  • La prothèse myoélectrique capte la force électromotrice produite par les muscles durant une phase de contraction et permet ainsi de restaurer un schéma corporel plus fonctionnel.

"Enfin, certains médicaments sont utiles : des antidouleurs et d'autres médicaments comme des antidépresseurs et des antiépileptiques. Cependant, ils n'apportent qu'un soulagement limité et présentent des effets secondaires. Il est également important d'encourager les patients à la relaxation, la méditation, l’hypnose. Au Centre de la douleur, on utilise plein d’outils qui mis bout à bout finissent par aider nos patients" conclut le Pr. Berquin.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

L’illusion de la main en caoutchouc qui fait perdre la tête à votre cerveau

L'insensibilité à la douleur, une réelle souffrance

Santé physique

Articles recommandés pour vous