RTBFPasser au contenu
Rechercher

Du Cinéma autrement pour ce 10 juin : Les projections tests

plein ecran
10 juin 2020 à 06:45Temps de lecture2 min
Par Cathy Immelen

Évoquons le pouvoir du public sur le destin des films, déjà même avant leur sortie en salles :

Les projections tests peuvent avoir une très grande influence sur la carrière d’un film. Alors on dit 'projection test' ou 'Test screening' à Hollywood et c’est quand un producteur montre un film, fini ou presque, à un panel de spectateurs pour le tester.

Alors, de quelles infos les producteurs sont-ils à l’affût ?

Il y a deux axes, le premier : identifier dans un film les points forts et les points faibles, surtout les points faibles. Vérifier comment réagit une salle avant d’éventuellement faire des modifications, de changer la fin, la musique, la longueur ou de couper des scènes qui ne fonctionneraient pas, bref : pour faire des ajustements en fonction du retour du public.

Deuxième raison de l’existence des projections tests : c’est une question marketing. Pour mieux cerner à quelle tranche d’âge, quelles catégories socioprofessionnelles, quels backgrounds culturels le film plaît le plus et ainsi mieux viser le cœur de cible en matière de communication au moment de la sortie du film, le programmer dans les bonnes salles aussi !

Une technique qui n’existe qu’à Hollywood ?

C’est une pratique hollywoodienne qui existe depuis, tenez-vous bien, déjà la fin des années 20, mais on l’utilise en France aussi pour les grosses comédies calibrées, ça peut coûter jusqu’à 20.000 euros par projection !

Alors comment ça se passe ?

Les participants ne savent pas quel film ils viennent voir, ils signent une clause de confidentialité, ils ne peuvent pas divulguer le titre du film, ni parler des changements éventuellement opérés. Des psychologues ou des statisticiens dans la salle notent les réactions des spectateurs pour jauger leurs émotions. Puis, après le film : soit un entretien avec un sondeur, soit des groupes de discussion, soit encore un questionnaire à remplir. Il arrive aussi parfois que des réalisateurs aident à construire le questionnaire, car ils peuvent avoir des interrogations hyperprécises pendant le montage d’un film.

Après ces projections tests, un réalisateur peut modifier son film :

Oui, et parfois c’est radical, j’ai quelques exemples superétonnants ! ''Pretty Woman'', classique de la comédie romantique avec Julia Roberts : eh bien la 1re fin envoyait beaucoup moins du rêve puisque Richard Gere ne revenait pas comme un chevalier faire une déclaration d’amour à Julia Roberts, il la larguait. Le producteur voulait un happy end, la projection test auprès des spectateurs lui a donné raison et hop : le réalisateur dut plier. ''Rambo'', pareil ! Au départ, Rambo devait mourir, tué par Trautman. Comme souvent, les spectateurs préféraient avoir une fin plus heureuse et ils ont poussé dans ce sens-là lors des premiers tests : Stallone a accepté. Bien vu, j’ai envie de dire, il n’y a qu’à regarder le succès des suites. Parfois, la projection texte peut également aider pour des détails qui peuvent changer l’impact d’une scène. Steven Spielberg par exemple trouvait que les spectateurs tests ne réagissaient pas assez avec terreur lors des apparitions du requin dans ''Les Dents de la Mer'' : il a alors rajouté au mixage son, des cris supplémentaires hors-champ ! Histoire de mettre davantage de pression. Il y a encore beaucoup d’exemples étonnants… Moi, je suis surtout surprise de savoir que beaucoup de comédies françaises passent par là avant d’atterrir en salles et franchement quand je vois le résultat souvent calamiteux, je me demande si on fait bien d’écouter le public, ou si c’était pire avant leurs interventions ?

Sur le même sujet

Du Cinéma autrement : Les Golden Globes

Articles recommandés pour vous