RTBFPasser au contenu
Rechercher

Chroniques

Du Parti Catholique aux Engagé(e)s

Philippe Walkowiak
14 mars 2022 à 11:03Temps de lecture2 min
Par Philippe Walkowiak

 

C’est l’histoire d’une famille qui a fait l’Histoire de la Belgique et qui lutte pour ne pas disparaître complètement.

En 1968, elle s’est divisée sur ce qui l’unissait, encore un peu, l’Université Catholique de Louvain. En 2022, si le CD&V bouge encore un peu, son pendant francophone tente de ne pas rejoindre le Parti Communiste ou le Rassemblement Wallon dans les oubliettes de la politique belge.

De pivot…

La famille catholique a cofondé la Belgique, l’a dirigée plus qu’à son tour, s’est transformée en Parti Social-Chrétien (PSC-CVP) en 1945. Toute la vie politique du XXème siècle a tourné autour de cette force incontournable. C’était alors un parti qui s’adressait aussi bien aux indépendants, aux syndicalistes, aux enseignants qu’aux grands patrons. Un pilier solide, un pivot incontournable.

En quelques années pourtant, tout s’est effondré ou presque. La transformation du CVP en CD&V ou du PSC en cdH n’aura guère enrayé la chute. En 2019, le parti ne représentait plus que 5,8% des Bruxellois et moins de 11% des Wallons, dépassé même par le… PTB.

Quelques mois plus tôt, les élections communales ne lui laissaient que quelques bastions (Namur, Mouscron, Jette et des localités du Luxembourg), essentiellement grâce à des personnalités locales.

…à variable d’ajustement

Dans ces conditions, difficile de peser dans des coalitions ou d’y être simplement utile. Place donc aux Engagés, qui se définissent plus " mouvement " que " parti ". Il restera à le prouver dans les faits ; d’autres (ECOLO, Mouvement Réformateur) s’y étaient essayés sans que la différence ne saute aux yeux. Car pour l’ex-PSC, il faut à la fois changer mais aussi garder une identité, une assise. Que deviendront désormais les relations avec le SEGEC, la CSC ou les Mutualités Chrétiennes, vestiges du vieux pilier catholique ?

Les Engagés, par la place qu’ils entendent occuper, restent résolument centristes : ni trop libéral, ni trop écologiste ni trop socialiste.

L’historique couleur orange du PSC et du cdH laisse la place au turquoise, entre vert et bleu. Comme le signe de vouloir occuper une place entre l’écologie politique et le libéralisme conservateur ? Ou comment tenter de survivre dans le particratisme à la belge…

 

@PhWalkowiak

Sur le même sujet

Nouveau nom, nouveau logo, nouveau manifeste pour le cdh : qu’est-ce qu'il y a derrière le changement en "Les engagé(e)s" ?

Politique

"Les engagés" : nouveau nom et nouveau projet pour le cdH au terme d’une réflexion citoyenne

Politique

Articles recommandés pour vous