" Ducobu 3 "… Cancre mode d'emploi

« Ducobu 3 »… Cancre mode d’emploi

© © Tous droits réservés

04 févr. 2020 à 02:00Temps de lecture1 min
Par L'Agenda Ciné

Après " L’élève Ducobu " (2011) et " Les Vacances de Ducobu " (2012) voici les nouvelles aventures du cancre le plus célèbre du cinéma.

Comme à chaque rentrée scolaire, l’élève Ducobu freine des quatre fers pour ne pas retourner à l’école, et comme toujours son instituteur, l’irascible Monsieur Latouche trépigne d’impatience de retrouver sa classe.

Pour cette nouvelle année, Ducobu va devoir composer avec " TGV " un nouvel élève qui a bien l’intention de lui piquer sa place de cancre numéro 1 et qui lui a d’ailleurs déjà ravi sa place au fond de la classe !

Plus sérieux encore, les graves difficultés financières que doit affronter son école

Contre toute attente Ducobu va vouloir sauver Saint Potache de la fermeture et pour cela il va faire alliance avec " TGV ", celui qui pour l’instant menace sa suprématie en matière de triche…

De la bande-dessinée aux images animées.

« Ducobu 3 »… Cancre mode d’emploi
« Ducobu 3 »… Cancre mode d’emploi Marc Bossaert - 2019 LES FILMS DU PREMIER - LES FILMS DU 24 - UMEDIA - TF1 FILMS PRODUCTION

Le personnage de Ducobu est né en 1992 sous le crayon du dessinateur belge Godi et sous la plume du scénariste Zidrou très inspiré par son ancienne vie d’instituteur.

25 albums et pas moins de 4 millions d’exemplaires vendus plus tard et fort du succès des deux premières adaptations au cinéma de la bande-dessinée, voici " Ducobu 3 ".

Pour cette nouvelle et très joyeuse aventure du roi de la triche, où l’on retrouve bien sûr les personnages de Léonie Gratin la première de classe, sa maman Adeline Gratin, Hervé le père de Ducobu, Mademoiselle Rateau, le proviseur… Philippe de Chauveron, le réalisateur des deux premiers films, a passé le relais à Elie Semoun, Monsieur Latouche en personne !

 

Pour l’Agenda Ciné Elie Semoun nous en dit un peu plus sur cette expérience derrière et devant la caméra, accompagné de " son élève ", Mathys Gros, le nouveau visage de Ducobu, dont c’est le premier rôle au cinéma.

« Ducobu 3 »… Cancre mode d’emploi
« Ducobu 3 »… Cancre mode d’emploi LBP/Alicia WARCHOLINSKI18 /19

L’Agenda Ciné : Qu’est-ce que vous aimez tant dans ce personnage pour endosser une 3e fois la blouse du professeur Latouche avec cette fois-ci, en plus, la casquette de réalisateur ?

Elie Semoun : J’adore ce personnage. Il a toutes les qualités et les défauts qui me plaisent : il est lâche, autoritaire, hystérique… et puis un homme heureux n’a pas d’histoire !

Pour ce " Ducobu 3 ", j’ai poussé le curseur encore plus loin. J’ai fait de sa maman - que j’interprète aussi et qui a nécessité plus de 2 heures de maquillage - un monstre, une sorcière. J’ai également inventé le personnage de Gérardini, un autre monstre avec des dents de vampire.

J’ai donné libre cours à tous mes délires. Je voulais faire plus trash encore, mais il ne fallait pas oublier que l’on faisait un film divertissant pour les enfants, pour la famille.

Par petites touches, et pour ceux qui me connaissent dans les spectacles ou Les Petites Annonces, j’ai pu apporter ma patte personnelle, tout cela en respectant l’histoire. 

 

Comment avez-vous travaillé, pour qui Ducobu est la première expérience d’acteur ?

Mathys Gros : Ducobu, c’est moi. Je n’ai pas cherché à être meilleur ou faire pareil que Vincent Claude et François Viette, ceux qui avant moi ont interprété Ducobu. J’ai simplement voulu être moi-même. Nous avons eu beaucoup de libertés dans le jeu. 

Elie Semoun : … beaucoup de libertés, oui et non ! Le plus important pour une comédie, c’est le rythme. C’est dans ce cadre très précis et exigeant que je les ai laissé faire, lui et les autres enfants du film.

 

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de passer ce casting ?

Mathys Gros : Un reportage sur ce sujet que j’ai vu, un soir, à la télé. En réalisant qu’un casting était accessible à tout le monde, le lendemain matin j’ai eu envie d’en passer un.

Mes parents ne sont pas des parents du genre à pousser leurs enfants à faire du cinéma, mais ils écoutent mes envies, ils me conseillent et ils m’ont accompagné dans ce choix. J’ai passé ce casting, sans trop me poser de questions… le meilleur moyen de ne pas être déçu ! Les questions, elles sont venues après !

 

Diriger des enfants, ce n’est pas diriger des acteurs professionnels…

Elie Semoun : C’est effectivement plus compliqué. Mais j’aime leur folie, leur lâcher-prise, leur fantaisie… et leurs trouvailles !  Au-delà du tournage, c’est le plaisir de l’enfance. Je veux garder cette part d’enfance que j’ai en moi et qui prend de la place !

Filmer l’enfance, c’est une manière d’arrêter le temps. Être artiste, c’est aussi arrêter le temps… la sensation d’arrêter le temps, puisque bien sûr, on ne l’arrête pas !

 

Avis aux enfants et aux parents : si vous faisiez l’école buissonnière ou pas, courez voir " Ducobu 3 "!

  • L'Agenda Ciné, tous les lundis à 20h10 sur La Une et sur auvio
  • Ce programme est aussi disponible en version sous-titrée

Articles recommandés pour vous