Ecoles en zone blanche "Certains enfants n’ont jamais vu de spectacle de leur vie"

© Eden Centre culturel de Charleroi - Snappp

Une contrebasse, un violon et une guitare sur le dos en guise de cartable. Les trois musiciens du LE BA YA TRIO s’installent dans la salle de sport. Ils ont préparé un tour du monde musical. Ce matin, le public, ce sont les enfants de 1e primaire de l’école du Ruau à Monceau-Sur-Sambre. Une bonne demi-heure de concert avec des regards hypnotisés. Certains enfants découvrent des musiciens en chair et en os pour la première fois. C’est tout l’intérêt de ce projet.

La Fédération Wallonie-Bruxelles a prévu, dans son pacte d’excellence, des budgets PECA (Parcours d’Éducation Culturelle et Artistique). Et cette fin d’année, le Centre culturel Eden à Charleroi a reçu un petit supplément financier pour booster la culture à l’école. Priorité aux écoles blanches. Celles qui ont moins accès à la culture de par leur éloignement ou leur situation socio-économique.

© Eden Centre culturel de Charleroi - Snappp

Et le trio de musiciens confirme. "On joue souvent devant des enfants qui n’ont jamais vu de concert", explique Nicholas Yates, contrebassiste. "Et ils accrochent très vite. La fascination s’installe tout de suite. Ils sont parfois emportés par la musique. C’est vraiment une très grande chance de pouvoir assister à ça. Et pour nous, en plus c’est vraiment une bénédiction. Les concerts se font rares pour l’instant. Là ça nous fait du travail."

Gagnant-gagnant. La formule offre un lien à la culture et les artistes y trouvent une source de revenu et de travail. Agathe Cornez coordonne le projet PECA pour l’Eden, elle a dû faire avec des annulations et des contraintes liées aux derniers CODECO. "Mais j’ai aussi eu un directeur qui ne voulait absolument pas annuler parce que pour des enfants de quatre ans, deux ans de Covid c’est la moitié de leur vie. Et certains n’ont jamais vu de spectacle. On doit absolument maintenir ce lien avec la culture."

Les enfants n’ont pas besoin de se faire prier. Ils tapent du pied, réagissent, vibrent et dansent. Une petite bulle d’air bienvenue dans un océan de problèmes sanitaires.

© Eden Centre culturel de Charleroi - Snappp

Articles recommandés pour vous