Monde

Economie d'énergie : l'Italie baisse le chauffage

Photo d'illustration

© Getty Images

06 sept. 2022 à 16:36Temps de lecture2 min
Par Belga

Le ministère italien de la Transition écologique (MITE) a présenté mardi son plan d'économie d'énergie, en ligne avec les propositions de Bruxelles, prévoyant notamment une réduction du chauffage cet hiver.

Ce plan vise à réduire la consommation énergétique de 15% entre le 1er août 2022 et le 31 mars 2023 et comporte plusieurs volets, dont le principal concerne le chauffage pour surmonter la chute des livraisons de gaz russe.

Ainsi la température dans les bâtiments industriels devra baisser d'un degré, à 17°C, tandis que dans les autres bâtiments elle est fixée à 19°C, toujours en baisse d'un degré par rapport aux règles valables jusqu'à présent.

En outre, la période de chauffage est raccourcie de 15 jours sur l'ensemble de l'année et la durée du chauffage est raccourcie d'une heure par jour.

Ces restrictions ne sont pas valables pour les hôpitaux, résidences pour personnes âgées, crèches et écoles primaires.

En raison de sa diversité climatique, l'Italie est divisée en six zones, la plus froide ne subissant aucune coupure, la plus chaude n'ayant droit qu'à cinq heures de chauffage par jour du 8 décembre au 7 mars.

Le ministère appelle aussi les familles à un "comportement responsable et intelligent" afin de "réduire la demande de gaz".

Des douches plus courtes

Ainsi une campagne de sensibilisation invitera à réduire la durée et la température de la douche, à utiliser des climatiseurs pour le chauffage à la place des radiateurs, à débrancher les appareils électriques lorsqu'ils ne sont pas utilisés, à utiliser le lave-linge ou lave-vaisselle à pleine charge seulement.

Le ministère invite aussi les familles, lorsque c'est possible, à remplacer les vieux équipements électroménagers par de plus récents consommant moins, à installer des panneaux solaires pour produire de l'eau chaude ou à remplacer les vieilles ampoules par de nouvelles LED.

Pour combattre la hausse des prix de l'énergie due à la chute des livraisons de gaz russe, le gouvernement italien a déjà déboursé environ 52 milliards d'euros et pourrait allouer cette semaine 10 à 15 milliards supplémentaires, selon la presse.

Pour réduire sa dépendance au gaz russe, le gouvernement a lancé plusieurs initiatives, dont l'achat de GNL (gaz naturel liquéfié) ou de gaz provenant d'autres pays et l'augmentation de la production nationale de gaz, qui devraient permettre en 2025 de remplacer 25 milliards des 30 milliards de mètres cubes de gaz russe.

Le restant devrait être compensé par des énergies renouvelables et des politiques énergétiques plus efficaces, précise le MITE.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous