Viva +

Eddie Constantine, un Américain réussit à Paris

Constantine, Eddie

© © Tous droits réservés

Le 13 octobre 1974, Selim Sasson rencontre pour les besoins de l’émission "Cinéscope", le chanteur et acteur américain, Eddie Constantine. L’artiste qui présente des atouts physiques non négligeables et un accent United States qu’il se plaît à exagérer incarne à maintes reprises, au cinéma, l’agent du FBI, Lemmy Caution, personnage sorti de l’imagination du romancier britannique, Peter Cheyney. A Selim Sasson, Eddie revient sur sa jeunesse et ses débuts dans la chanson et dans les films. Vas-y, Eddie ! 

Envie de plus d’archives : www.auvio.be/sonuma

Actress Brigitte Bardot and Eddie Constantine

Eddie Constantine, de son vrai nom Edward Constantinowsky, est né le 29 octobre 1917 à Los Angeles. Son père d’origine russe et sa mère polonaise ont fui la révolution russe pour s’installer aux Etats-Unis. Son papa est bijoutier et également chanteur. Endettée, la famille soumise très souvent à la famine déménage régulièrement pour éviter le retour des créanciers. Malgré ses ennuis d’argent, le père d’Edward parvient à envoyer son fils en Europe, à Vienne pour y étudier la musique. Le jeune Edward, plus enclin à draguer les jolies filles qu’à apprendre ses partitions revient au pays et fait de la figuration au cinéma mais sans jamais percer et obtenir le premier rôle. Idem pour la chanson. Il accompagne des chanteurs mais ne se produit pas en solo. Dépité de ne pouvoir faire carrière à Hollywood, il repart en Europe dans les années 50. Bien vu ! Sage décision. Sur le vieux continent, il connaît le succès. Avec sa gouaille, son physique et son accent américain, il devient une vedette en France grâce notamment au rôle de l’agent secret Lemmy Caution, issu des romans de l’écrivain britannique Peter Cheyney. Ce rôle d’agent du FBI qu’il se plaît à présenter comme étant un James Bond avant l’heure lui va comme un gant. Lemmy Caution est en effet décrit comme un type suave, séduisant et lisse. Bref, le portrait craché d’Eddie Constantine qui sera Lemmy Caution dans de nombreux épisodes, notamment dans " La môme vert-de-gris " de Bernard Borderie.

Cigarettes, whisky, etc...

Eddie Constantine s’illustre aussi dans la chanson. Il rencontre Edith Piaf qui l’engage dans la comédie musicale qu’elle se prépare à interpréter, " La P’tite Lili ". Il traduit en Anglais pour la môme Piaf ses plus grands titres et commet de nombreuses chansons de charme comme le bien connu " Cigarettes, whisky et p’tites pépées ". A son actif, près de 120 titres entre les années 50 et 70. Se considérant davantage comme un chanteur, moins comme un acteur, au cinéma, Eddie Constantine se cantonne à des films de série B. Toutefois, au milieu des années 60, il veut renouveler son image et accepte de jouer dans des longs métrages plus ambitieux. C’est ainsi qu’il apparaît à l’affiche de " Lucky Jo " de Michel Deville et qu’il reprend son rôle d’agent du FBI, dans l’adaptation de Godard, " Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution ". Il tourne aussi en 1968 aux côtés de Johnny Hallyday dans " A tout casser " de John Berry. Il est encore sollicité par des réalisateurs comme William Klein ou Lars von Trier qui le fait jouer au début des années 90 dans " Europa ", l’histoire d’un Américain d’origine allemande qui souhaite reconstruire l’Allemagne exsangue à l’issue du deuxième conflit mondial. Il retrouve une dernière fois son personnage fétiche de Lemmy Caution sous la direction de Jean-Luc Godard dans " Allemagne année 90 neuf zéro ". Mais s’il fallait conclure, l’artiste qui s’est éteint le 25 février 1993 avait plus une âme de chanteur qu’un cœur d’acteur. Si il a accepté de franchir les portes du 7ème art, c’était purement alimentaire, juste pour se faire de l’argent. Eddie Constantine possédait sa propre écurie de courses et aimait profiter des plaisirs de la vie : cigarettes, whisky et petites pépées.

 

Sur le même sujet

Expresscette de Candice : Super mousse au chocolat au yaourt grec et au sucre roux

En cuisine

On a testé pour vous “Les perles de criquets”

Les ambassadeurs

Articles recommandés pour vous