Tour de France

Eddy Merckx : "Jumbo a couru bêtement, je voyais venir ce Pogacar gros comme une maison"

Eddy Merckx

© DAVID STOCKMAN - BELGA

20 sept. 2020 à 08:52 - mise à jour 20 sept. 2020 à 08:52Temps de lecture2 min
Par Giovanni Zidda

Dominant dans la montagne comme dans la plaine, le bloc Jumbo-Visma a tout fait pour cadenasser ce Tour de France 2020 et placer son leader Primoz Roglic dans les meilleures dispositions pour ramener le maillot jaune à Paris. Pourtant, c’est un autre Slovène, Tadej Pogacar, qui va offrir son premier Tour de France à ce petit pays de 2 millions d’habitants.

Un retournement de situation dans le contre-la-montre final que la légende Eddy Merckx avait vu venir depuis plusieurs jours. "Pogacar n’a que 21 ans, il est beaucoup plus frais que Roglic. Ça se voyait depuis plusieurs jours", a-t-il raconté dans une interview accordée au journal L’Equipe.

"Cela fait des jours que je répète que les 50'' d’avance de Roglic n’étaient pas suffisantes pour assurer la victoire finale. Je voyais venir ce Pogacar gros comme une maison. J’avais dit que la seule solution pour lui était d’attendre le chrono, le temps jouait pour lui."

Le Cannibale n’y est pas allé avec le dos de la cuillère avec Jumbo-Visma qui a selon lui sous-estimé Pogacar. "Ils ont surtout couru bêtement. Ça fait trois semaines qu’on les voit rouler à bloc, ne laissant rien passer. Ils ont dominé, tout contrôlé, mais ils ont oublié seulement un gars, ce petit jeune de 21 ans à seulement 50'. Quelle erreur de jugement ! Ils se sont pris à leur propre piège, cette défaite, ils l’ont bien cherchée. Ils auraient dû essayer de faire sauter Pogacar bien avant pour avoir une marge suffisante. C’est une bonne leçon de vélo." 

Le Cannibale a confirmé ses propos à notre micro. "Roglic a oublié de 'tuer' le Tour et de creuser l'écart", a-t-il précisé.

Eddy Merckx avait donc senti ce renversement venir et les premières images du contre-la-montre ont confirmé ses sensations. "J’ai compris tout de suite qu’il allait se passer quelque chose, on voyait que les deux styles étaient différents. Il y avait un monde d’écart entre Pogacar et Roglic, c’était évident que le Tour allait changer de maillot jaune."

A un jour de ses 22 ans, Pogacar va devenir le plus jeune vainqueur du Tour de France de l’après-guerre. Un succès précoce qui alimente les comparaisons avec Egan Bernal mais aussi avec Remco Evenepoel. Sur ce dernier, Merckx préfère rester prudent.

"N’allons pas trop vite avec Remco, pour l’instant il n’a encore rien démontré. Il parle beaucoup mais pour le reste j’attends encore de voir. Je ne sais pas si la victoire de Pogacar est une bonne nouvelle pour lui, la barre est haute maintenant".

"Remco doit démontrer ce qu'il vaut sur trois semaines, avec des éventails ou ça frotte. Son habilité est encore un grand handicap", a-t-il ajouté à notre micro.

Merckx a encore salué la très belle grande boucle de Wout Van Aert. "Il a fait un Tour extraordinaire. Quand on voit le boulot qu'il a fait. Je pense que s'il a bien récupéré, c'est l'homme à battre aux championnats du monde sur un parcours très sélectif. Il aura d'autres adversaires qui n'étaient pas là au Tour comme Michael Woods et les Italiens qui seront redoutables devant leur public. Je ne pense pas qu'il sera touché mentalement pas la déconvenue de son équipe. Il a de l'expérience. Il a fait plusieurs championnats du monde de cyclocross. Il est mûr. Ce qu'il a démontré, c'est vraiment super".
 

20ème étape : Lure > La Planche des Belles Filles : Victoire de Tadej Pogacar

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous