Belgique

Éducation sexuelle et affective à l’école : une lente (r)évolution

© Tous droits réservés

07 oct. 2022 à 12:53 - mise à jour 07 oct. 2022 à 13:41Temps de lecture3 min
Par Sophie Mergen et Clara Weerts

C’est un pas important dans l’éducation des plus jeunes générations. Dix ans après la mise en place de cours d’éducation sexuelle obligatoires à l’école, ces modules vont être mieux encadrés, afin que tous les élèves puissent bénéficier d’une formation de qualité.

En effet, depuis la mise en place des cours d’éducation sexuelle en 2012, les disparités restaient très importantes d’une école à l’autre. Sans cadre clair, les acteurs de terrain n’avaient pas d’objectifs précis et mettaient en place des projets en roue libre. "Nous nous sommes rendus compte que dans les faits, très peu de jeunes avaient réellement accès à ces cours" explique Coraline Piessens, chargée de mission à la Fédération laïque des Centres de Planning Familial.

Un "guide de l’éducation sexuelle"

Désormais, un guide balisera les apprentissages et objectifs du développement psycho-affectif et sexuel des enfants et adolescents à l’école. Construit grâce aux avis de 380 jeunes de 5 à 25 ans, mais aussi grâce au regard de 143 professionnels, ce support permettra de donner un cap et un cadre aux enseignants et autres acteurs impliqués dans cette formation.

On vient de loin

"Cela va permettre à tout un secteur de mener des projets communs de manière concertée" explique Louise-Marie Drousie, chargée de projet chez O’Yes."Ce guide va permettre de déterminer les apprentissages que les enfants et les jeunes peuvent ou doivent réaliser en fonction de leur âge et de leur développement psycho-affectif et sexuel" ajoute Coraline Piessens. Objectif : en finir avec l'inégalité d'accès à ce type d'apprentissage. 

© Tous droits réservés

50 ans d’évolution

Ce guide est le résultat de plusieurs années de réflexion. C’est en 2018 qu’un groupe de travail se penche sur le sujet, sous le nom de "Stratégies Concertées EVRAS" (Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle). Des centaines d’acteurs de terrain sont sondés, enfants comme adultes. La volonté ? Harmoniser et généraliser les apprentissages scolaires en matière de vie sexuelle et affective.

Des apprentissages qui ont fortement évolué au fil des années. Si l’éducation sexuelle entre officiellement dans le programme scolaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2012, la réflexion existe depuis bien plus longtemps.

En fouillant les archives de la SONUMA, en 1998, on retrouve une cassette vidéo nommée "Y a pas honte", destinée aux parents et aux milieux éducatifs.

Archives 1998, le témoignage d'un petit garçon

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Mais si on remonte plus loin encore dans le temps, les premières archives disponibles nous mènent en 1974. Cette année marque une petite révolution pour l’époque : des acteurs de l’enseignement et de la télévision s’associent pour proposer une émission entièrement dédiée à l’éducation sexuelle et affective des enfants.

Vers une éducation sexuelle à l'école? Archives de 1974

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans ces extraits, des professeurs témoignent : "L’éducation sexuelle, c’est l’éducation tout court. Et elle doit commencer très tôt : dans le milieu familial, et puis à l’école !"

"On a trop souvent tendance à considérer l’élève uniquement intellectuellement. Or, on s’occupe de l’éducation totale, et donc aussi de l’éducation sexuelle" avance une institutrice.

Cette série d’émissions est concoctée à l’époque par trois acteurs de l’enseignement officiel, trois de l’enseignement libre catholique, et trois représentants de la télévision. Des membres d’associations de parents sont également joints au projet. Dans chaque épisode, l’éducation sexuelle des enfants est abordée en mettant en avant des regards d’enseignants, d’enfants et d’adultes.

Archives SONUMA : le regard des parents, 1974

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

A l’époque, les objectifs sont "d’enseigner aux enfants des valeurs", de "valoriser et intégrer l’affectivité", et puis de "développer chez les jeunes la conscience de leurs responsabilités". Tout tourne autour de l’identité fille-garçon. Les questions de genre sont éludées, l’homosexualité pratiquement absente.

Archives SONUMA : Le rapport filles-garçons

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Par contre, la pilule contraceptive ou encore l’avortement sont déjà des thématiques abordées. Un film qui n’aura pas manqué de faire réagir. "Cela me gêne" affirme l’une des mamans présentes lors d’une séance de débriefing. "Ce film vient combler une carence, car il y a un manque de la part de la grande majorité des parents" rétorque une autre mère. "La direction des enseignants de l’école a refusé de passer l’émission car ça les a choqués, il y avait trop de nus. Moi aussi cela m’a choquée d’ailleurs" ajoute encore une maman.

Depuis cinquante ans, les mentalités ont bien changé. Petit à petit, l’éducation sexuelle s’est invitée dans les salles de classe, passant de l’aspect purement préventif, axé sur les maladies sexuellement transmissibles, à une approche plus globale où identité sexuelle et plaisir ne sont plus tabous. Avec ce nouveau guide, ce volet de l’éducation devrait s’inscrire durablement sur les bancs de l’école.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous