Icône représentant un article audio.

Chronique Économique

Elections françaises : c’est la BCE qui dirige la France

Chronique Economique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La Chronique Economique, en semaine à 8h30 et 17h30 sur Classic 21

L’argent mal acquis ne profite jamais. Ceux qui pensent que ce proverbe n’est pas valable feraient mieux de réviser leur jugement.

Le retour à la normale de la Bourse de Paris, malgré le deuxième tour de l’élection présidentielle, les investisseurs ne semblent plus trop se préoccuper de savoir qui va gagner ce second tour. L’excellent commentateur boursier Marc Fiorentino nous en donne l’explication : "imaginez que la France soit une entreprise, une entreprise qui perd de l’argent, une entreprise surendettée, et une entreprise qui doit continuer à s’endetter pour payer les salaires. Et imaginez que vous ayez une banque qui soit votre seule créancière, une banque dont vous dépendez totalement pour la survie de votre entreprise. Question : qui est le vrai patron ? Vous ou la banque ?"

Sur le même sujet

Une hausse des taux pourrait intervenir en juillet, selon un responsable de la BCE

Economie

Lénine, le zéro-covid et les jupes de l’Etat

Chronique Économique

Articles recommandés pour vous