Elections présidentielles américaines: réunions des grands électeurs, Donald Trump continue à crier à la fraude

Le président Trump accorde une interview télévisée à Fox News au cours de laquelle il indique que "rien n'est terminé"
14 déc. 2020 à 11:12 - mise à jour 14 déc. 2020 à 11:12Temps de lecture2 min
Par Pascal Bustamante

Lors de chaque élection présidentielle américaine, le vote des grands électeurs est une formalité. Ils sont 538 qui ont été désignés par le vote du 3 novembre dernier et ce sont eux qui expriment en fait le vote des Américains et désignent ainsi le nouveau président des Etats-Unis.

Pour y arriver, le candidat gagnant doit en rassembler 270. Joe Biden en a récolté 306 contre Donald Trump qui en a obtenu 232.

Cette année, avec le refus persistant de Donald Trump de reconnaître sa défaite et ses multiples tentatives de retourner le résultat des élections en justice, cette formalité prend une importance inédite pour Joe Biden. 

Le système des grands électeurs

Les pères de la nation américaine ont souhaité se mettre à l'abri du vote populaire, craignant que des candidats inappropriés soient choisi. Pour ce faire, ils ont institué le collège électoral composé de grands électeurs. Chaque Etat fournit un nombre de grands électeurs correspondant, grosso modo, à l'importance de la sa population.

La plupart du temps, les Etats dans lesquels l'un des candidats atteint les 51% verse l'entièreté de ses électeurs au profit de ce dernier. C'est ainsi qu'il peut arriver que le candidat qui a obtenu la 270 grands électeurs ne remporte pas la majorité du vote populaire.

Ce cas de figure ne s'est pas présenté souvent au long de l'histoire américaine. Dans l'histoire récente, ce fut le cas pour Georges Bush Jr et pour Donald Trump. 

Rien n'est terminé

Le président Trump, lors d'une interview accordée à la télévision Fox News, a indiqué qu'ils poursuivrait ses tentatives devant les tribunaux pour tenter de retourner le résultat du vote en sa faveur. Son objectif est d'invalider un grand nombre de votes dans les Etats qui ont élu Joe Biden au motif qu'ils sont illégaux.

Ses tentatives ont été retoquées à de nombreuses reprises. La cour suprême des Etats-Unis, composée en majorité de conservateurs, a, dans un très court communiqué, refusé de se saisir de ces actions en justice.

Donald Trump a entre autres déclaré:

Ma crainte est que le pays aie un président illégitime. C'est ce que je crains. Un président qui a perdu et perdu sévèrement. Ce n'était pas une élection disputée. Regardez la Géorgie, nous avons gagné la Géorgie de beaucoup, la Pennsylvanie de beaucoup, on a gagné de beaucoup le Wisconsin. Nous avons gagné tous ces Etats.

Les affirmations du président ont été contredites, tant dans les chiffres que devant des tribunaux. 

Prochaine étape: le 6 janvier prochain

A partir d'aujourd'hui, les grands électeurs américains vont donc se réunir, Etat par Etat, et formaliser le scrutin du 3 novembre. En bout de courses, ce sera au Congrès d'entériner la fin du processus électoral et de confirmer l'issue du vote. La passation de pouvoir est prévue, conformément à la constitution, le 20 janvier prochain. 

Etats-Unis, réunion des grands électeurs: JT du 14/12/2020

Sur le même sujet

Un "trafic de vote" lors de l’élection américaine de 2020 ? Attention aux affirmations du documentaire "2000 mules"

Faky

Articles recommandés pour vous