RTBFPasser au contenu

Regions Liege

Elections rectorales à l'ULiège : pourquoi les étudiants votent moins qu'avant ?

Elections rectorales à l'ULiège : pourquoi les étudiants votent moins qu'avant ?

À l'Université de Liège, l'élection du nouveau recteur ou de la nouvelle rectrice ne passionne pas les foules. Les résultats du premier tour n'ont pas pu départager les deux candidats. À peine un étudiant sur 5 est allé voter. Plusieurs raisons expliqueraient cette faible participation.

Ni Jean Winand ni Anne Sophie Nyssen n'ont atteint les 50 % de votes nécessaires. Un deuxième tour sera organisé mardi et mercredi (10 et 11 mai). Le système est complexe : 4 types d'électeurs peuvent voter: les professeurs (qui comptent pour 65 % des voix) ), le personnel scientifique (10 %), administratif technique et ouvrier (10%) et les étudiants qui représentent 15 %. Et partout, le taux de participation a diminué par rapport à 2018. Une perte de confiance dans le système électoral qui frappe surtout les jeunes.

Il y a une absence de réponse dans les attentes des étudiants.

Plus de 8 professeurs sur 10 ont voté au premier tour de l'élection de la rectrice ou du recteur. Mais à peine, un étudiant sur 5 est allé voter. Une participation en forte baisse par rapport à 2018 : moins 35 %. Comment expliquer ce désintérêt des étudiants ? Il y a l'aspect pratique du vote papier. Les étudiants se déplacent de moins en moins souvent sur le campus. De plus en plus de cours sont podcastés. Et il existe des problèmes de mobilité au Sart-Tilman. Alors certains ne veulent pas perdre leur journée pour aller voter.

Les explications de la fédération des étudiants

Pour le président de la Fédé, Lucas Scholzen, la personnalité des candidats joue aussi : "Aux élections précédentes, les candidats étaient beaucoup plus proches des étudiants. C’est donc beaucoup plus facile de s’identifier. Et aujourd’hui, c’est plutôt l’inverse".

Une autre explication, avancée par la Fédé, est la gestion du Covid par les autorités académiques, qui a déçu. "Il y a aussi dans les attentes des étudiants, qui sont aujourd'hui particulièrement criantes sur certains champs, étaye Lucas Scholzen, une absence de réponse. Au fond, les étudiants ne sont pas spécialement fort motivés à se déplacer pour cela, bien qu’ils soient très intéressés par la chose".

À noter aussi que même si elle est moins forte, la baisse de participation à l'élection se marque aussi parmi les professeurs et le personnel de l'université de Liège. 

Sur le même sujet

12 mai 2022 à 18:33
1 min

Articles recommandés pour vous